Trump nous abaisse, soyons exigeants envers nous-mêmes pour nous relever

Posted
1 month ago
Last updated
2 weeks ago
34 views
Time to
read
1’

Analyse de Frantz Duval sur les récentes déclarations de Donald Trump

« Dans les jours qui ont suivi le tremblement de terre, Le Nouvelliste, en pansant ses blessures, a réfléchi sur le sens de sa mission de média au service de ses lecteurs et de leader d'opinion. Nous avons décidé de redéfinir le journal, de nous donner de nouvelles ambitions, de rassembler notre équipe pour devenir plus performant, plus incisif, plus critique, plus professionnel, plus impliqué, ce en dépit d'un environnement difficile, de conditions économiques plus précaires et de l'incertitude ambiante.
Les grands enjeux à venir pour la nation nous concernent. Sont déterminants pour nos lecteurs et nos clients. Nous ne pouvons pas nous satisfaire dans un simple rôle de caisse de résonance bonne à ânonner les annonces de dons et la litanie de nos infortunes.
Le Nouvelliste veut participer, stimuler, provoquer le débat. Comme un écho aux cris qui se sont levés après les répliques meurtrières du 12 janvier, il faut que la presse haïtienne, et le plus ancien des médias haïtiens en tête, ne laisse pas une minute de répit à ceux qui ont la charge de reconstruire ce qui s'est effondré si vite sous les coups de boutoir du tremblement de terre.
Il ne faut pas que cette catastrophe qui a fait deux fois plus de morts que Hiroshima soit une caution de plus pour expliquer pourquoi nous allons encore une fois passer du mauvais côté de l'histoire.
Et, il revient à la presse, dans son modeste rôle, sans se rêver en redresseur de torts, de faire son travail. Nous sommes vivants et avons des devoirs et des rêves. »
Ces mots ont été écrits le 30 avril 2010. Le Nouvelliste célébrait ce jour-là son 112e anniversaire. 8 ans plus tard, ce n’est pas le séisme du 12 janvier qui nous les ramène en mémoire, mais les propos du président américain Donald Trump tenus le 11 janvier 2018.
En moins de trente jours, Donald Trump a stigmatisé tous les Haïtiens en les étiquetant de porteurs de sida et en indexant le pays comme un shithole. Les démentis n’y feront rien. Notre réputation est affectée par les mots, le tollé et les dénégations comme peu de catastrophes ont pu le faire. Le séisme Trump est aussi puissant que celui de 2010.
Que nous le reconnaissions ou pas, le ressentions comme tel ou pas, nous sommes à terre, trainés dans la merde.
Encore une fois, il nous faudra refonder nos convictions, reprendre pied, nous reconstruire. Comme peuple, comme pays.
Chacun, suivant ses opinions, peut ne pas prendre toute la mesure du mal qui est fait à Haïti et à chaque Haïtien ces derniers jours. Il est immense.
Encore une fois, comme média, dans notre rôle, nous serons de la bataille pour éclairer sur les retombées des déclarations du président américain, souligner le silence de nos autorités, raconter la lutte de nos compatriotes et être exigeants envers ceux qui ont la charge de l’État.
Frantz Duval Edito du Nouvelliste

Author

Frantz Duval collabore au Nouvelliste depuis 1985. Il a une grande histoire de fidélité et de passion avec Le Nouvelliste où il a occupé les postes de responsable Création et Interactivité à partir de 2002 et de responsable de la section Economique à partir de 1994. Directeur de publication de Ticket et...