Quand les chercheurs de l’Université de Varsovie (Pologne) lisent la littérature haïtienne

Publié
4 mois ago
Dernière mise à jour
4 mois ago
3417 views
Time to
read
3’

S’il y a un champ dans lequel notre pays joue un rôle important dans le monde, c’est la littérature. Les œuvres des hommes et femmes de lettres d’Haïti sont commentées dans le monde francophone et ailleurs. Les auteur.e.s haïtien.ne.s sont reçu.e.s dans les plus prestigieux événements littéraires organisés dans différents endroits de la planète. En Haïti, bon nombre de chercheur.e.s et d’écrivain.e.s étranger.e.s sont de plus en plus invité.e.s dans des colloques et autres activités culturelles. Tel a été le cas de la présence de trois intellectuels européens accueillis cette année, soit le samedi 9 juin 2018, par l’Université d’État d’Haïti : Jozef  KWATERKO, Alessia VIGNOLI, Sara DEL ROSSI.

Jozef Kwaterko, professeur titulaire à l’Institut d’études romanes de l’Université de Varsovie (Pologne), a prononcé une conférence portant sur « l’esprit du jazz et du blues chez les poètes de la Harlem Renaissance américaine et de la Négritude franco-caribéenne ». Il a étudié les affinités idéologico-esthétiques « entre la poésie protestataire afro-américaine du mouvement de la Renaissance de Harlem (1920-1960) et celle de la Négritude qui naît dans le milieu afro-antillais et malgache à Paris dans les années 1930 et qui se répand aux Antilles-Guyane et en Haïti dans les années 1940-1960 ». Autrement dit, il a, d’un côté, analysé quelques poèmes de Claude Mac Kay et Langston Hughes, et, de l’autre, ceux d’Aimé Césaire (Martinique), Léon-Gontran Damas (Guyane) et Jean-Fernand Brierre (Haïti). Ces poèmes, selon lui, se rejoignent non seulement au niveau thématique (exil, affirmation identitaire, luttes contre le racisme et le colonialisme), mais également sur le plan esthétique (ressemblances tant au niveau lexical que sur le plan de la structure rythmique influencée par la culture du jazz et du blues). Il faut également noter que Jozef Kwaterko dirige depuis 1997 le Centre d’études en civilisation canado-française et en littérature québécoise. Ses domaines d’enseignement et de recherche sont : les littératures du Québec, du Canada français et de la Caraïbe francophone (Antilles-Guyane, Haïti), le roman français du XXe siècle, la sociocritique et l’analyse du discours social. Il est auteur de plusieurs ouvrages sur les littératures francophones des Amériques.

Par ailleurs, Alessia Vignoli, doctorante à l’Institut d’études romanes de l’Université de Varsovie, a fait le lien dans le contexte haïtien entre littérature et catastrophe naturelle. Pour elle, « étant donné que la compréhension de la catastrophe passe par son interprétation, la littérature a un rôle central dans ce processus, car elle permet de voir la réalité à travers le filtre de l’interprétation et de donner du sens à des phénomènes naturels – séismes, ouragans, éruptions volcaniques – extrêmement violents ». Elle a analysé la place de « l'écriture du désastre » dans le contexte géographique ou historique d’Haïti suite au tremblement de terre du 12 janvier 2010. Ce dernier « a marqué profondément la conscience et l’imaginaire des écrivains haïtiens », reconnaît la jeune chercheure. En témoignent Tout bouge autour de moi de Dany Laferrière (2010), Haïti kenbé la ! de Rodney Saint-Éloi (2010), Corps mêlés de Marvin Victor (2011), Collier de débris de Gary Victor (2013), Je suis vivant de Kettly Mars (2015), Avant que les ombres s'effacent de Louis-Philippe Dalembert (2017), etc. Il faut rappeler que Madame Alessia Vignoli a une passion pour la littérature haïtienne. Elle avait déjà rédigé, sous la direction du professeur Alessandro Costantini, un mémoire de maitrise ayant pour titre « La diaspora haïtienne entre racines, errances et vagabondage. Étude du paradigme du déplacement dans les œuvres de Jean-Claude Charles, Dany Laferrière et Louis-Philippe Dalembert ».

 

Enfin, Sara Del Rossi, doctorante à l’Institut d’études romanes de l’Université de Varsovie, a tenu à rendre un grand hommage à Maximilien Laroche, écrivain théoricien de la littérature haïtienne récemment mort à Québec. Sa communication avait pour titre « Entre Haïti et le Québec. La conceptualisation de l’oraliture dans la pensée de Maximilien Laroche ». Maximilien Laroche était particulièrement connu pour ses recherches en littérature comparée, notamment entre les littératures québécoise et haïtienne. La jeune chercheure Sara Del Rossi a cerné les réflexions de Maximilien Laroche, en mettant en exergue deux concepts importants de ses principaux ouvrages : « l’oraliture » et « l’homme américain ». Sara Del Rossi est d’avis que “la position exotopique (Bakhtine) de Laroche, entre les aires culturelles et littéraires du Québec et d’Haïti, contribue à une ouverture inédite aux études comparées interaméricaines, mais jamais déconnectée de sa culture d’origine”. Le regard mondialisé de Laroche lui permet de “remettre en valeur l’oraliture haïtienne avec ses croyances populaires et ses traits originaux”, précise la jeune chercheure qui avait rédigé, sous la direction des professeurs Alessandro Costantini et Lina Zecchi, un mémoire de maitrise sur un fait littéraire haïtien : « Le Roman de Bouqui. Une réécriture du cycle haïtien de Malice et Bouki. Analyse du folklore et de la société d’Haïti dans l’ouvrage de Suzanne Comhaire- Sylvain ».

Tout compte fait, ces échanges autour du monde littéraire haïtien ont mis en lumière les différentes facettes de la littérature haïtienne et les impacts de cette dernière sur la scène internationale. Nous pensons que l’accord de coopération de cinq ans que vient de signer l’Université d’Etat d’Haïti avec l’Université de Varsovie (Pologne) facilitera l’organisation d’autres manifestations littéraires et scientifiques. En effet, notre Haïti n’a-t-elle pas besoin d’un corps de penseurs dans tous les champs du savoir pour pouvoir décoller ?

Ricarson DORCE

Hérold TOUSSAINT

Author

Détenteur d’une licence en psychologie, d’un diplôme de premier cycle en droit et communication sociale, d’une maîtrise en histoire, mémoire et patrimoine ainsi que d’un diplôme de deuxième cycle en sciences du développement, Ricarson Dorcé est doctorant en ethnologie et patrimoine (à l'Université Laval,...

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
6 mois 2 semaines ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
1 année 6 mois ago