Mes Réflexions sur l'Avenir d'Haïti. 18 mai 2019

Publié
6 mois ago
Dernière mise à jour
6 mois ago
6977 views
Time to
read
5’

Dans un pays privé de toute forme de détentes et de loisirs sains, des amis, des proches et moi nous nous sommes retrouvés, dimanche dernier, à assister à une représentation théâtrale au lieu d'une session extraordinaire du Sénat de la République. Mais, très vite, nous avons eu un dilemme: décider s'il s'agissait d’un vaudeville, d'une tragédie, d'une comédie ou d'une tragi-comédie.

Dès la levée du rideau, l'acteur principal, le Sénateur Cantave, avec sa cohorte de mauvais comédiens, la majorité des Sénateurs PHTKistes, avec une volonté manifeste de confondre vitesse et précipitation, se sont empressés de bafouer la Constitution et même les règlements  internes les plus primaires du Sénat, telle la règle déterminant les jours de séance du grand corps. Mais une question du Sénateur Nènel Cassi devait les bloquer net: "Mr le Président qui vous a autorisé à tenir cette séance en ce dimanche 12 mai" ? 

Aucun des Sénateurs alliés du pouvoir, aucun des membres du cabinet ministériel présents dans la salle d'audience ne s'attendait à cette question.  And the rest is history, comme disent les américains:
balbutiements du côté des supporteurs des bandits légaux, tentatives de justifications du  bien fondé de la procédure sur la base de multiples violations antérieures des règlements internes du Sénat. Avec la même légèreté, ils ont aussi tenté de justifier la nature illégale du cabinet ministériel sur la base de violation continue et répétée de la Constitution.

 Ainsi, au milieu de ce tohu bohu, d'une voix audacieuse trahissant son embarras, l'acteur principal s'écria: EN MA QUALITÉ DE PRÉSIDENT DU SÉNAT, JE TRANCHE, JE TRANCHE, JE TRANCHE ! Et il ordonna au Secrétaire du Bureau de donner lecture de l'ordre du jour, malgré les justes et légales contestations et protestations des 4 Sénateurs de l'opposition.
Alors rentra en scène le Sénateur Cherami, qui arracha le micro se trouvant devant le Secrétaire du Bureau qui ressemble curieusement au Premier Ministre désigné, M. Jean-Michel Lapin. Et le deblozay commença : engueulades, bousculades, pugilat, coups de pied, des merdes et tout le reste. 

Mes amis qui regardaient la télévision avec moi étaient offusqués, vexés et ils traitaient le Sénateur Cherami de tous les noms. Il semblerait que la réalité haïtienne échappe à mes amis. Ils s'étonnent, injurient et condamnent le quartet de sénateurs. Moi, depuis un certain temps, j'ai compris une chose: vagabon se kòd gita, sèl sa yo respekte se vagabon ki pi vagabon pase yo.

Pourquoi donc beaucoup de gens s'étonnent-ils de ce qui s'est passé au Sénat? Pouvions-nous espérer autre chose? La descente aux enfers du pays n'a pas commencé dimanche dernier; elle ne s'arrêtera pas après ce jour là.

Nous devons reconnaitre que notre Pays est en faillite et en chute libre et qu'il va de scandales en scandales: Lafito, la Primature, les gangs, les mercenaires, le sucre masquant de la drogue, la caravane, les stades, ONA et j'en passe. Qui ne se souvient des nombreux mandats émis mais jamais exécutés, des centaines de flagrants délits sans arrestation, des myriades de soupçons sans investigation ? Qui ne se souvient de l'hyper scandale pétro caribe et de la  déclaration publique du Président de la République visant à empêcher la tenue du procès juste et équitable des accusés?

Il ne faut rien attendre de bon des bandits légaux. Encore moins des politiciens traditionnels. Ce sont des opportunistes et la composition de ce dernier gouvernement de Jovenel en est une nouvelle illustration.  Des partis politiques qui, publiquement, avaient déclaré leur non-participation et leur refus d'intégrer le gouvernement ont bien placés des ministres. Et naturellement, en audacieux et en bakoulous, ils menacent de les expulser s’ils ne démissionnent pas. Mensonge, double mensonge ! Manti mésyé dam yo ap bay wi. A la peyi gen blofè. Wait and see. Personne ne sera expulsé d'aucun parti politique et aucune sanction ne sera prise contre quiconque.

Faut-il alors désespérer de l'avenir d'Haïti? Faut-il continuer à se battre jusqu'à son dernier souffle pour l'avènement d'une Haïti prospère et moderne à travers l'Harmonie dans la Diversité comme un Arc-en-Ciel?

Moi je choisis le dernier.

Je crois de tout coeur en une Haïti nouvelle, meilleure et respectée. Les signes d'espérance sont multiples, impressionnants et encourageants. Ils viennent de la diaspora comme de l'intérieur du Pays. Il y a d'abord les manifestations des rues qui témoignent du refus du peuple de continuer à vivre dans des conditions si abjectes et abominables. Il y a aussi les Eglises chrétiennes et le vodou qui s'engagent à réveiller et à conscientiser les différentes classes sociales en vue de combler le fossé qui existe entre elles. Les jeunes qui organisent des séminaires sur le leadership et le civisme et qui ont décidé d’être très actifs et présents lors des prochaines élections. Des intellectuels qui se prononcent et expriment des positions en faveur des pauvres et du bien-être collectif. Et, contrairement à des habitudes séculaires, certains hommes d'affaire comme Bernard Craan, Président du Forum Économique et Grégory Brant Président de la Chambre de Commerce franco-haïtienne, réclament de meilleures conditions de travail pour les ouvriers et une plus juste répartition des richesses du pays. Un Réginald Boulos qui, ouvertement, rentre sur la scène politique en proposant une troisième voix est une bonne chose. Un Andy Apaid qui a commencé à investir plus de $100000000 dans un projet agro-industriel dans le Plateau Central capable de générer des milliers d'emplois est aussi une bonne chose. Il en est de même d'un Benjamin Blanchet et de sa femme qui malgré le climat d'insécurité créé et entrenu par le pouvoir en place et ses alliés continuent de faire fonctionner le Décaméron qui est aujourd'hui une destination de référence dans le Pays. Leur ténacité est comme un message au Gouvernement : Vous n'arrivez pas à nous décourager et nous forcer à fermer encore moins à partir. De telles initiatives, un tel courage et une telle détermination doivent être admirés, encouragés, protégés et multipliés.

Personne ne tolère plus  ni ne souhaite garder ou continuer le statu quo. Encore moins un retour en arrière. Tout le monde est conscient aujourd'hui que les inégalités économiques et sociales sont insoutenables, minent la société et la détruisent à petit feu. Ainsi tout le monde réclame la Rupture avec le système néo-esclavagiste et de doublure en place, un changement irréversible capable de réduire significativement ces inégalités, source principale  de l'instabilité politique et de l'absence de cohésion de la Nation. 

Je crois sincèrement que le Pays est à un virage qu'il ne faut surtout pas rater. Et la grande et difficile question aujourd'hui est comment  identifier l'homme ou la femme qui sera capable de servir de pont, de trait d'union entre les différents antagonistes et composantes de la société haïtienne? Qui sera ce personnage doté de la dextérité politique nécessaire, d'un sens de l'ordre juste et de l'équité qui serait riche avec les riches, pauvre avec les pauvres pour arriver au juste milieu et ferme chaque fois qu'il le faut, pour agir et décider au bénéfice du mieux être de la collectivité?

Qui sera ce nouveau Dessalines, ce nouvel Empereur capable de réhabiliter, de réactiver le Pacte et l'Alliance de l'Arcahaie fait le 18 Mai 1803 entre les noirs et les mulâtres pour accéder à l'indépendance mais souillée le 17 Octobre 1806 avec l'assassinat de l'Empereur ? Qui sera ce leader capable de rassurer et faire travailler ensemble, dans une même équipe, les Duvaliéristes, les Lavalassiens, les Prévaliens,les Tètkalés, les Moise Jean-Charliens et les quartiers populaires, pour pouvoir vivre ensemble selon notre devise, l'Union fait la Force? Qui saura réconcilier le pays avec lui-même en facilitant l'intégration de la masse et de la paysannerie dans la vie socio-économique du Pays? Qui sera ce Leader intègre, visionnaire et brave qui finalement prendra le taureau par les cornes et qui exercera un controle rigoureux sur les frontières,  sur les organismes autonomes et sera véritablement garant des institutions républicaines comme le commande la constitution? Qui sera cet homme ou cette femme de grande vision qui lancera enfin Haïti sur la voie du Développement durable et intégral ?

Je le répète : notre Pays est à un Carrefour et je crois possible un nouvel Arcahaie.

Bonne Fête du Drapeau à toutes les haïtiennes et à tous les haïtiens. Bref, bonne fête à tous les  patriotes et tous ceux qui aiment encore sincèrement et profondément notre pays !

Père Jean-Miguel Auguste
(+509)37470865
+1 (347)3378954
[email protected]

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 7 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 7 mois ago