Les Dominicains veulent nous fermer la porte de leur pays mais ouvrir nos portes pour leurs marchandises

Publié
1 semaine ago
Dernière mise à jour
1 semaine ago
3112 views
Time to
read
2’

Depuis qu’Haïti a décidé de s’aligner sur les positions dominicaines pour tout ce qui arrive sur l’île que nos deux pays se partagent, il n’y a plus de position haïtienne sur ce qui se passe de l’autre côté de la frontière. C’est ainsi que le débat qui anime la société dominicaine ces derniers jours sur le «Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières» que propose l'ONU à la signature de ses États membres ne nous émeut point.

Peu de gens sont au courant de ce dossier en Haïti. La diplomatie haïtienne est muette sur le sujet comme sur tout ce qui devrait l’intéresser par ailleurs.

Mardi, la République dominicaine a annoncé qu'elle ne signerait pas ce pacte mondial pour la migration des Nations unies, et qu’aucun membre du gouvernement dominicain n'assisterait à la conférence internationale au Maroc au cours de laquelle ledit pacte sera approuvé et adopté. La nouvelle a été annoncée au cours d’une conférence de presse, largement relayée par les médias dominicains, tenue par le conseiller juridique du pouvoir exécutif, Flavio Darío Espinal, comme le relate un article de Patrick Saint-Pré qui fait la une de cette édition du Nouvelliste.

La position de l’exécutif dominicain vis-à-vis du Pacte onusien devrait nous interpeller dans la mesure où 88,5% de la population étrangère résidant sur le sol dominicain est née en Haïti. Différents secteurs de la vie nationale en République dominicaine sont montés au créneau pour dénoncer ce pacte estimant que leur pays n'a pas la possibilité économique d'accueillir davantage d'immigrés en raison de la forte présence d'Haïtiens sur le sol dominicain, rapporte Saint-Pré.

Pour le moment, les autorités haïtiennes n’ont pas réagi à cette orientation marquée d’antihaïtianisme de la politique migratoire du premier voisin d’Haïti. La question migratoire n’est-elle pas une pierre d’achoppement entre les deux pays depuis toujours ? Ne devrait-on pas y prêter une vigilance permanente ?

Pendant que de nombreux secteurs de l’opposition, de la majorité présidentielle et de la société civile dominicaine agitent le spectre de l’invasion de leur pays par nos compatriotes, les officiels dominicains ne cachent pas qu’ils veulent faire plus de commerce avec Haïti…

Mercredi, « le ministre des Affaires étrangères dominicain, Miguel Vargas Maldonado, a annoncé que le gouvernement de la République dominicaine cherche depuis longtemps à officialiser un accord commercial avec la République d'Haïti dans le but d'éliminer les obstacles et les situations irrégulières qui affectent les relations commerciales entre les deux pays depuis des années. Le chancelier dominicain, qui intervenait à un programme radiophonique universitaire, a rappelé qu'Haïti est un partenaire stratégique de la République dominicaine et a regretté l'impossibilité d'établir un accord qui, de son point de vue, serait bénéfique non seulement pour la République dominicaine, qui disposera d'un plus grand nombre de produits à écouler, mais également pour Haïti, qui collectera des droits de douane et des taxes tout en bénéficiant du volume des échanges ».

Selon les données statistiques disponibles, le commerce entre Haïti et la République dominicaine affiche une balance commerciale favorable à la partie est de l'île dans une proportion de 95 à 5. Haïti est le deuxième client le plus important pour les exportations dominicaines.

Sur la migration comme sur le commerce ou la sécurité des frontières, les deux pays gagneraient à signer des accords pour réguler leurs relations. Mais voilà, depuis des décennies, les autorités haïtiennes peinent à bien défendre les intérêts haïtiens, se laissent acheter par des intérêts dominicains et oublient la raison d’être de leur propre existence.

Cela se passe tandis que la République dominicaine a des politiques et des institutions qui font de la question haïtienne une priorité des priorités pour leur pays. Aujourd’hui, clairement, ils affichent leur ambition : fermons nos portes aux Haïtiens et envahissons-les avec nos produits.

Edito du Nouvelliste

Author

Frantz Duval collabore au Nouvelliste depuis 1985. Il a une grande histoire de fidélité et de passion avec Le Nouvelliste où il a occupé les postes de responsable Création et Interactivité à partir de 2002 et de responsable de la section Economique à partir de 1994. Directeur de publication de Ticket et...

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
7 mois 3 semaines ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
1 année 8 mois ago