Le premier ministre nommé Michel n’a pas un problème de compte Twitter

Publié
4 mois ago
Dernière mise à jour
4 mois ago
10320 views
Time to
read
1’

Fritz William Michel

La conviction du Nouvelliste est faite : que les messages postés sur Twitter par un compte portant le nom et la photo de Fritz William Michel soient vrais, faux, vraisemblables ou de vrai-faux, le premier ministre nommé Michel n’a pas un problème de compte Twitter. Il a des problèmes plus compliqués sur sa route vers la Primature, même s’il est indéniable que les tweets lui ont donné un relief inattendu et une image déplorable.

Michel doit d’abord trouver les appuis nécessaires pour que la séance de ratification de sa déclaration de politique générale se tienne. Jean-Michel Lapin n’a jamais pu franchir cette étape.

Michel a deux chambres face à lui et même si les têtes d’affiche du Parlement disent qu’il passera sans encombre les barrages, il devra convaincre chaque élu, chaque bloc, chaque camp - dans un pays où les mots majorité, minorité, alliance et allié ne veulent absolument rien dire- de lui faire confiance.

Hors du Parlement aussi, Fritz William Michel a des écueils sur sa route. Des clans, des chefs, des appétits et des aloufa sont à l’affût.

Le plus jeune premier ministre à la tête du plus jeune cabinet ministériel que le pays ait jamais connu devra aussi faire des games et gagner à sa cause les poids lourds de la communauté internationale. Il devra vendre les habilités de ses ministres. Tenter de lever la gigantesque hypothèque, faite de doute et de scepticisme, sur les atouts cachés de son équipage.

Même si cela intéresse de moins en moins les responsables publics, le pays, chaque Haïtien et Haïtienne, se demande aussi « qui sont-ils cette fois ceux qui veulent nous gouverner ? » Michel doit se préparer à justifier sa présence à la Primature.

Est-il un surdoué ? Un popetwèl ? Un candidat au poste de premier ministre «pour faire passer le temps» comme on en a eu depuis 1988 ? Ou un simple pion dans le jeu à somme nulle qu’est devenue la gouvernance d’Haïti depuis que les présidences inutiles remplissent les pages de notre histoire?

En cette fin de juillet, la République a connu plus de jours sans un premier ministre légalement en poste que de jours avec un gouvernement légal et légitime. Cela n’augure rien de bon pour le successeur du dernier premier ministre, Jean-Henry Céant.

En dépit de tout ce qui se dit, Haïti a encore de la marge pour aller plus bas. Fritz William Michel sera-t-il un fossoyeur ou un bâtisseur ? Visera-t-il les lumières ou optera-t-il pour la facilité et recherchera-t-il les tréfonds? 

Depuis les vrais, faux, vraisemblables ou vrai-faux tweets de la semaine dernière, le premier ministre nommé n’a pas de problème de Twitter. Haïti a d’immenses attentes qu’il devra chercher à combler ou, s'il n’y arrive pas, tout faire pour se presser de disparaître.

Edito du Nouvelliste

Author

Frantz Duval collabore au Nouvelliste depuis 1985. Il a une grande histoire de fidélité et de passion avec Le Nouvelliste où il a occupé les postes de responsable Création et Interactivité à partir de 2002 et de responsable de la section Economique à partir de 1994. Directeur de publication de Ticket et...

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 7 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 7 mois ago