Le BMPAD est-il un simple vendeur de gazoline ?

Publié
2 mois ago
Dernière mise à jour
2 mois ago
1538 views
Time to
read
2’

Frantz Duval - Rédacteur en Chef du Nouvelliste et Président de l'ANMH

La journée des Port-au-Princiens est rythmée depuis lundi par les embouteillages et depuis près d’une semaine par la recherche des stations d'essence qui vendent de la gazoline.

Les deux activités sont contradictoires, mais que voulez-vous? Difficile d’y échapper. Les lignes devant les débits d’essence augmentent la densité des embouteillages à cause des goulots provoqués par les files de voitures. Certains cherchent à avoir du carburant pendant que d’autres en consomment pour de mauvaises raisons.

Si la gazoline est rare un peu partout sur le territoire, sur le papier, il y en a à profusion au Bureau de monétisation des programmes d'aide au développement, si l’on en croit les déclarations rassurantes du directeur général de cette institution.

Il faut dire que depuis la fin des approvisionnements de produits pétroliers en provenance du Venezuela dans le cadre de l’accord PetroCaribe, le BMPAD ne gère pas à satisfaction le dossier de l’achat de nos carburants. Il y a toujours rumeurs de rareté, raretés réelles, saisie de bateau, frais monstrueux de demurrage (le BMPAD paie périodiquement des bateaux immobilisés dans la rade de Port-au-Prince en attente de paiement des produits pétroliers) et même mandat d’arrêt émis contre les responsables des principaux fournisseurs de produits pétroliers du marché. Cela fait beaucoup de turbulences pour un marché captif.

En ayant une lecture particulière de la loi du 1er août 2007 portant création du Bureau de monétisation des programmes d’aide au développement (BMPAD), publiée dans Le Moniteur du 4 janvier 2008, le Bureau de monétisation se donne des missions qui sont hors de la loi qui l’a créé. Cette institution s’est transformée en entité commerciale chargée du pétrole et de ses dérivés.

Ce qui devait se faire dans le cadre du projet PetroCaribe est devenu une license avec les distorsions et raretés que l’on sait et que l’on vit ces derniers jours. Avant, l’État fixait les prix des produits pétroliers et percevait ses taxes. Aujourd’hui, il est un intermédiaire de plus avec des conséquences pas vraiment heureuses pour les consommateurs.

La mission principale du BMPAD, faut-il le rappeler, est « de veiller à l’application des conventions, protocoles d’entente, accords de don et/ou de prêt, conclus entre le gouvernement haïtien et un donateur ou bailleur de fonds, dans le cadre de la monétisation des programmes d’aide au développement à Haïti ». Pour le pétrole que nous consommons depuis la fin de PetroCaribe il n'a ni donateur ni bailleur de fonds dans les transactions. De quoi se mêle le BMPAD et pourquoi ?

Qu’il serait bon si le BMPAD, dans le cadre de ses attributions, cherchait comment financer de nouvelles routes dans la région métropolitaine. Depuis la création du Bureau qui a remplacé le PL-480 en 2008, nous importons en moyenne entre vingt-cinq et trente mille véhicules neufs et usagés par an. Nous importons des dizaines de milliers de motocyclettes chaque année. La population a augmenté, mais peu de vraies nouvelles voies ont été percées ou aménagées. Le BMPAD pourrait plancher sur le financement de ce qui nous manque.

Faute de signalisation et de régulation du trafic, faute de nouveaux moyens de transport de masse, les Haïtiens perdent des heures dans les embouteillages et des millions de dollars en essence consommés inutilement. Le BMPAD pourrait aussi chercher des bailleurs pour financer des solutions. C’est dans sa mission.

Oh! que non. Le BMPAD préfère faire le négoce des produits pétroliers et tant nous en consommons, tant cela doit lui être profitable. C’est quand même un marché de cent millions de dollars par mois qui est le jeu de l’enjeu.

Edito du Nouvelliste

Author

Frantz Duval collabore au Nouvelliste depuis 1985. Il a une grande histoire de fidélité et de passion avec Le Nouvelliste où il a occupé les postes de responsable Création et Interactivité à partir de 2002 et de responsable de la section Economique à partir de 1994. Directeur de publication de Ticket et...

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
10 mois 3 semaines ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
1 année 11 mois ago