La vie de chaque haitien est en sursie avec Jocelerme Privert

Publié
3 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
3141 views
Time to
read
3’

La Présidence de facto de Jocelerme Privert dénature le rapport des citoyens haïtiens  avec leur propre pays. Ce président de facto  continue sa grande quête  de décomposition sociopolitique de la nation  dans ses actions cyniques et désorientées. La réponse calamiteuse d’après l’ouragan MATTHEW en est un exemple subliminal de sa heine et de  son sempiternel besoin de venger la société pour ses quelques mois d’incarcération pour  crimes durant son passé de ministre de l’intérieur du temps d’Aristide qui pratiquait le terrorisme d’état. Nous en avons pour preuve également les nombreux assassinats et crimes politiques perpétrés durant ses deux mandats écourtés. Toutes choses étant égales par ailleurs, Jocelerme Privert est un produit brut de ces années  politiques de la gouvernance lavalassienne qu’il tente de rétablir, selon plusieurs analyses, par tous les moyens voire le retour du déchoucage et la violence d’état . Le retour au passé lavalassien ! 

L’ego surdimensionné de Jocelrme Privert efface le fantoche Enex Jean Charles. Comme quoi, il faut être à tout faire pour tout faire sans pouvoir faire ce qu’il faut faire. Sacré Privert ! 

De plus en plus de doutes gagnent les esprits sur tous les sujets intéressant la vie des citoyens comme peuple. Les questionnements pleuvent sur les véritables objectifs de ce dernier.  La vie républicaine n’est qu’une utopie depuis l’arrivée de ce gouvernement le 7 février dernier. Il impose le manichéisme politique comme règle de gestion de la chose publique : « Qui n’est pas avec moi est contre moi ». Le cynisme de Privert de facto  est ostentatoire, il ne parle plus des problèmes du pays. Il complote en permanence avec la visée de durer au Palais National. Ces contorsions contre les élections en général et celle probable du candidat à la présidence Jovenel Moise sont maladives.  

Il devient fou, Privert ! 

La non maitrise du temps politique et la complexité des évènements déshabillent le régime  de facto en ce qu’il n’a pas pu prendre de haut et avec le sens de l’intérêt commun la gestion du pouvoir politique. Le pays n’a plus de souffle, il vit au rythme des aléas  de toutes sortes (cyclones, inondations, menace de déchoucage etc). Pourtant, La présidence de facto de Privert ne voit rien qui dérange et continue sa longue marche vers l’abime. Il veut  notre mort ! 

On ne saurait reprocher au binôme  Privert/Enex leurs absences de leadership relationnel quand on connaît leurs parcours professionnels et politiques de chacun. L’un qui s’est toujours muré  à l’arrière boutique et l’autre qui ne jure que par  la bassesse et la platitude. Ces deux prétendus dirigeants d’une époque révolue doivent comprendre que les sentiments profonds du peuple haïtien sont pour le vivre ensemble contre leur politique clanique, l’innovation politique contre un statisme rétrograde et improductif . Ce peuple  ne veut plus de ses comploteurs droit-de-l’hommistes dans leurs attitudes arrogantes et déphasées. Ce peuple ne veut plus être effarouché. Privert, vous faites fausses routes ! 

Le temps n’est qu’une sorte de capsule pour aider le régime de facto à se mettre au diapason s’il arrive à faciliter l’organisation des joutes électorales du 20 novembre 2016  dans le cas contraire, les Evêques Catholiques  par le truchement du Cardinal Chibly Langlois doit penser à retirer leur support à Jocelerme Privert. Ce dernier  leur manipule depuis le début et par la même  diminue le prestige institutionnel qu’ils jouissent. Lequel prestige  tend à s’effriter aux grés des situations qui prévalent actuellement parce que leurs prises de position sont trop faibles et reflètent très peu les revendications profondes de la majorité nationale qui souffre, survie dans l’agonie du régime de Privert  d’un silence coléreux. Le fait  de la « dérépublicanisation » d’Haïti par les actions de Privert enlève toute la mystique politique qui veut, exige une compréhension des valeurs politiques porteuses de changement en faveur de la population haïtienne. Autrement dit, la désarticulation des pouvoirs de l’état   par le régime de facto  fragilise davantage les socles sur lesquels devront construire l’harmonie entre les entités publiques et privées instituées et constituées (Parlement,  pouvoir judicaire, société civile, classes des affaires…). L’espoir d’engager un vrai dialogue social sur les contentieux historiques pour un nouveau contract entre les différentes catégories sociales est très mince. Ce gouvernement laissera un lourd héritage à ses successeurs en terme de cassures sociales,  divisions politiques, une facture économique salée et de surcroit  une état en faillite.  

Le régime de Privert n’est pas du côte d’Haïti et du peuple haïtien. Il fait tout  dans le dénie total. En tout cas, le peuple tient le cap dans son long processus de changements, mutations historiques. Les vrais développeurs et leaders y croient encore et fermement. L’avenir et la vie de ce pays ne seront plus en sursie si nous le peuple réel décidons le 20 novembre de dire non à Privert avec son projet de retour vers le Père Lebrun, le Ròch nan dlo ap konn doulè ròch nan solèy et la disparition pure et simple de ce qui reste de la nation haïtienne. Vive Haïti sans Jocelerme Privert ! 

Gérard MATHIEU Junior 

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 9 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 10 mois ago