Jovenel Moise n’a plus de fusible

Publié
3 semaines ago
Dernière mise à jour
3 semaines ago
10267 views
Time to
read
3’

Jovenel Moise

Les manifestations du douze septembre 2017 et les évènements des six et sept juillet 2018 auraient dû avoir pour conséquences la démission du président Jovenel Moise déjà inculpé dans plusieurs scandales lies à ses activités d’entrepreneurs. Celui-ci a plutôt appris durant ces périodes que les présidents ont des fusibles à leurs dispositions qu’ils peuvent remplacer à tour de rôle quand la machine est en panne.

Suite sa piteuse adresse à la nation le 7 juillet 2018, Monsieur Moise ne fait que jouer au remplacement d’un fusible par un autre. Le premier cas a été Jack Guy Lafontant, Premier Ministre en perte de vitesse. Docteur Lafontant a été remplacé par Jean Henry Ceant, notaire et politique modéré (Par ce que sans doute disposant des espaces de collaboration avec les gouvernants).  

S’en suivent les démonstrations des gangs armés de cité de Dieu, de Martissant, de Grand-ravines, de Marchand Dessalines, de Poste Pierrot et du film réel de l’été « Arnel Joseph » dans lequel ce dernier a joué le rôle de super vilain aux cotés de Printemps Bélizaire, Jean Renel Sénatus, Youri Latortue Garcia(Gracia) Delva & cie ayant occupé tous les espaces médiatiques du pays pendant plus de cinq mois donnant à Jovenel Moise le temps de se trouver d’autres fusibles à faire sauter. 

Inconfortable avec Ceant, qui s’est retrouvé  lui-même, coincé avec des promesses de faire lumière sur les dossiers de corruption dont PetroCaribe, Jovenel Moise,  s’est débarrassé de lui sans que l’ex-candidat à la présidence n’ait eu le temps de plaider sa cause devant les deux chambres de la 50ème législature Car le président lui attribué les pleines responsabilités de l’échec de la mise en place des consultations en vue de Etats généraux sectoriels ainsi que celles des manifestations de février 2019. 

Avant, il y a eu la descente meurtrière de la Police dans Bolosse, le débarquement de « mercenaires » à port-au-pricne, les guerres et les massacres de La Salline, etc…. Les rapports sur ces évènements n’ont suscité aucune réaction de la part de Jovenel Moise ni des autorités du Ministère de la justice. Le silence lui a été fusible. L’arrestation d’Arnel, le scandale du sénateur Onondieu Louis, les inondations des villes, les crises de pénuries de carburant le lui ont été aussi. 

Jovenel Moise savait très bien que Jean Michel Lapin ne passerait pas le processus de ratification devant le parlement car le groupe des quatre sénateurs de l’opposition allaient s’y opposer fermement. En effet, Monsieur Lapin issue d’un gouvernement censuré n’était pas premier-ministrable. En fait il n’était qu’un fusible magique que le président voulait et allait utiliser en une énième occasion comme Premier Ministre ad intérim. Avec la nomination ad intérim de hauts fonctionnaires, Monsieur Moise a inauguré une nouvelle façon de gouverner sans contrainte. Voyant que l’installation de Lapin en tant que PM a.i. n’a pas soulevé de controverses majeures dans l’opinion, il a enchainé avec Normil Rameau comme chef de la Police ad intérim. Le président n’a plus suffisamment confiance dans sa majorité et ses alliés au parlement pour prendre le risque d’envoyer son nouveau chef de la Police devant les pères conscrits. 

 Tous les ministres sont donc a.i. et tous les directeurs généraux provenant du gouvernement censuré de Céant continuent d’être comptables de deniers publics mais sans arrêté officiel de nomination donc sans engagement de responsabilité de façon légale et constitutionnelle. Un membre issu du cabinet censuré est actuellement à l’ONU en tant que chef de la délégation haïtienne. 

En choisissant Fritz Michel William comme Premier Ministre tout en rejetant Joseph Lambert comme  PM pressenti, le président sort une carte magique de son « makout ». Car autant que la nomination de Fritz Michel william, la non-nomination de Joseph Lambert a fait un grand buzz dans les médias profitant à la politique gagne-temps de Moise qui « dirige » avec des ministres (sans arrêté de nomination) et un PM ad intérim pendant ce temps. Tout en dépensant de l’argent à la sécurité d’u premier ministre nommé et son cabinet 

Les évènements de ces dernières semaines ayant bloqué le fonctionnement de tout le pays, semble forcer le président a montré ses mains. A moins qu’il dispose d’autres atouts dans son jeu coquin comme l’organisation d’une mutinerie dans les prisons pour qu’Arnel et d’autres bandits partent en cavale. 

En effet, toute partie qu’elle soit de carte ou de football même avec les prolongations a une fin. L’échec des allers-retours de Fritz Michel William et de son cabinet au Sénat de la république a sonné la fin de la partie de fusible dont Jovenel Moise a su profiter jusqu’à l’excès.  

Les intérims du président Moise, la malice de sa méthode de gouvernement, ses adresses à la nation, son silence dans les moments les plus importants ne sont que supercherie dont le but principal est celui de lui permettre de grappiller du temps supplémentaire au pouvoir. Haïti et son développement ne sont pas dans les objectifs de Jovenel Moise. Il est donc temps qu’il tire conséquences de ses tactiques après avoir trop abusé de ses fusibles depuis plus de deux ans. 

Frantzcy Bazelais 

  

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 5 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 6 mois ago