Dialogue inter haïtien : une pseudo-solution aux problèmes d'Haïti et de ses ressortissants !

Publié
2 mois ago
Dernière mise à jour
2 mois ago
2044 views
Time to
read
2’

Depuis quelque temps, le dialogue tend à être présenté comme la solution aux problèmes d'Haïti et de ses ressortissants. La toute dernière initiative relevant de cette tendance est la création du comité de facilitation du dialogue national inter haïtien. En dépit du fait qu'ils sont nombreux les gens de tout bord à s'inscrire dans cette tendance, il demeure que, pour plus d'un, le dialogue n'est qu'une pseudo-solution aux maux qui rongent Haïti et ses ressortissants. En plus de la justification de cette thèse, le présent papier vise à esquisser une condition fondamentale à la conception de véritables solutions aux problèmes d'Haïti et de ses ressortissants et à la mise en application de celles-ci.

Le dialogue renvoie généralement aux échanges sur un sujet donné; lesquels échanges impliquent soit une personne à elle-même, soit deux ou plusieurs personnes. Ces échanges peuvent se faire de façon courante ou pas et au travers de nombreux canaux. Parlant de canaux de communication, de plus en plus, à côté des médias traditionnels, les réseaux sociaux prennent de la place et servent de véhicule dans les échanges entre acteurs. Grâce à ces canaux, la position professée et en usage des acteurs est connue du grand public. Il arrive fréquemment qu'il y a divergence entre ces deux positions (professée et en usage); ce qui n'est pas sans conséquence sur la grande méfiance qui, de nos jours, caractérise généralement les rapports inter haïtiens.

A longueur de journée, au travers des médias sont exprimés les avis des acteurs sur des sujets divers. Les médias servent aussi à rapporter les actions des acteurs. Ces faits traduisent clairement que le pays n'éprouve pas un besoin de dialogue. Au contraire, il y aurait entre Haïtiens un excès de dialogue. Comme est erronée la tendance à voir en tout problème un problème de communication, il est archi-faux de voir dans le dialogue la solution aux problèmes d'Haïti et des Haïtiens. De fait, en Haïti et entre les haïtiens, le dialogue se fait sans interruption. Il se fait de façon directe et indirecte, physique et virtuelle, entre gens se déclarant d'une même tendance idéologique et ceux qui se déclarent de tendances opposées. A cette typologie s'ajoutent des dialogues spéciaux ; c'est le cas de El Rancho, commission consultative présidentielle de décembre 2014, les dialogues initiés en novembre 2018, etc.

Force est de constater qu'en dépit du processus ininterrompu des dialogues de tout genre, les problèmes d'Haïti et de ses ressortissants tendent à s'aggraver. Les faits et symptômes de cette aggravation sont légion. De pays en développement Haïti fait maintenant partie des PMA (Pays moins avancé). La confiance qui caractérisait la relation inter haïtienne fait maintenant place à la grande méfiance. De la fierté d'être haïtien d'autrefois on est passé à la gêne ou la honte d'être haïtien ; en atteste le fait que les femmes haïtiennes, à moins que leur situation socio financière en soit un frein, vont généralement accoucher en terre étrangère. Si hier, voler en Haïti était synonyme d'opprobre, de déshonneur, aujourd'hui le vol est de plus en plus toléré pour ne pas dire encouragé. Si hier, la parole de l'Haïtien l'engageait, aujourd'hui même ce que l'Haïtien signe ne l'engagerait. En Haïti, si hier la fonction de ministre, parlementaire, agent public (temporaire ou permanent) était prestigieuse, on ne peut en dire autant aujourd'hui ; à moins qu'on se leurre. A cette liste, non exhaustive, de problèmes d'Haïti et des Haïtiens s'ajoutent l'impunité, la corruption.

De ce qui précède, il ressort clairement que le dialogue que plus d'un tend à claironner comme une solution ne l'est pas. Mieux, le dialogue est une pseudo-solution. La concomitance du processus ininterrompu de dialogue avec la persistance ou plutôt l'aggravation des problèmes d'Haïti et des Haïtiens en atteste de façon éloquente. Donc, en lieu et place de cette pseudo-solution, il est grand temps, pour le traitement des maux rongeant Haïti et ses ressortissants, d'opter pour de véritables solutions. A défaut d'une énumération de celles-ci, il importe de souligner que les gens qui les concevront et les mettront à exécution devront être respectueux des lois haïtiennes, être dotés d'une sensibilité éthique,  être compétents, intègres et courageux.

Jean Thiomas GIRAUD, M.B.A.
[email protected]

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 3 semaines ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 1 mois ago