Céant contre-attaque sur le terrain économique

Publié
1 semaine ago
Dernière mise à jour
1 semaine ago
6017 views
Time to
read
1’

Jean Henry Ceant

Le gouvernement Céant va prendre ses premières mesures. Elles seront économiques. L’administration compte prendre en tenaille la vie chère. D’un côté, il va tenter de jouer sur les prix des produits de première nécessité, de l’autre, chercher à stopper ou à réduire le rythme de la dévaluation de la gourde. Idéalement, renverser la tendance baissière de la monnaie nationale.

C’est en Conseil des ministres que cette série de mesures a été prise, cette semaine. Les commerçants, les plus grands importateurs et les producteurs locaux ont été reçus en audience pour voir avec eux ce qui peut être fait.

Dans un deuxième temps, l’arrêté de dédollarisation du 1er mars 2018 va être revu et corrigé. Cette mesure précipitée et mal appliquée était contre-productive depuis son entrée en vigueur.

Avec ces deux mesures le tandem Moïse-Céant espère s’acheter du temps et calmer la grogne palpable de la population qui paie chaque jour au prix fort la non-gouvernance des derniers mois.

Sur le plan politique, le gouvernement va prendre l’initiative d’occuper la rue dans la perspective des manifestations annoncées pour le 17 octobre. Toute une série d’activités est dans le pipeline. Les administrations vont aussi créer des programmes d’emplois à haute intensité de main-d’œuvre, les fameux HIMO que les bailleurs de fonds comprennent si bien, mais qui sont si souvent détournés sur le terrain au profit de clientèle politique.

Sur le papier, on va essayer de résoudre des problèmes de fond avec les moyens du bord.

La faiblesse des actions annoncées est en germe dans les initiatives choisies. Subventionner les produits de première nécessité ou inventer des mécanismes pour faire baisser les prix sont souvent captés par les plus gros des acteurs économiques. Les bénéfices de la baisse de prix ruissellent rarement jusqu’aux plus pauvres.

Même constat pour les HIMO. Les opérateurs politiques s’offrent toujours la part du lion et il ne reste que des miettes pour des bataillons de balayeurs très visibles mais peu efficaces.

Reste les fêtes sociosportives et le taux de change. Si les actions sont efficaces, la population en bénéficiera.

Dans tous les cas, le gouvernement Céant devra bien veiller au grain. Les rapaces sont lâchés.

Edito du Nouvelliste

 

Author

Frantz Duval collabore au Nouvelliste depuis 1985. Il a une grande histoire de fidélité et de passion avec Le Nouvelliste où il a occupé les postes de responsable Création et Interactivité à partir de 2002 et de responsable de la section Economique à partir de 1994. Directeur de publication de Ticket et...

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
5 mois 3 semaines ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
1 année 5 mois ago