Associer la Diaspora Haïtienne au Processus de Développement d’Haïti : La Ministre Marnatha Irène Ternier S’engage sans Relâche, mais les Défis ne sont pas des Moindres.

Publié
2 mois ago
Dernière mise à jour
2 mois ago
2953 views
Time to
read
3’

Réunion des élus Haïtiens Américains Orlando

Dans une société où l’administration publique est dynamique et fonctionne selon les normes, dans un pays où la fonction publique est désentravée des aléas et turpitudes de la politique et où la technique et le savoir-faire ne sont pas relégués au second plan, toute initiative visant à mettre les projecteurs sur les réalisations individuelles pourrait être considérée comme atypique, excessive, voire intéressée. Cependant, quand l’improvisation, l’amateurisme, l’inertie et le manque d’organisation constituent la norme dans la gestion des affaires d’un Etat, on ne saurait rester indifférent devant le sens du service public, la bonne volonté et la détermination qui caractérisent les actions de certains des hauts cadres de l’administration publique. En ce sens, il est plus qu’urgent d’attirer le regard sur certaines réalisations individuelles, non pas dans une perspective propagandiste, mais dans l’espoir qu’elles deviennent contagieuses dans toute l’administration publique.

En tant qu’haïtien à part entière vivant aux Etats-Unis depuis une vingtaine d’années, mais qui surtout suit minutieusement l’actualité haïtienne dans ses vicissitudes quotidiennes, je crois qu’il est un devoir patriotique, doublé d’un souci d’objectivité, d’attirer l’attention de tout le monde sur les efforts de Madame Marnatha Irène Ternier qui s’est montrée déterminée à associer la diaspora haïtienne au processus de développement d’Haïti. C’est un combat difficile tant de l’intérieur qu’à l’extérieur, mais l’actuelle titulaire du MHAVE semble jurer de marquer son passage avec de l’encre indélébile. Ses multiples initiatives, telles le MHAVE à l’Écoute, le Vendredi de la Diaspora, la création d’un Service de Coordination pour aider les membres de la diaspora à mieux naviguer le système administratif haïtien, sans mentionner son projet de recensement visant à doter le pays d’une base de données des compétences de la diaspora, témoignent de sa volonté de faire autrement malgré les maigres moyens dont dispose son ministère.

Mettre les projecteurs sur ces initiatives est également une façon d’encourager les membres actifs de la diaspora haïtienne à s’approprier de leur ministre. Rares sont les titulaires du MHAVE qui se sont montrés aussi dévoués à promouvoir la participation effective de la diaspora au développement d’Haïti. Bizarrement, ils sont pour la plupart des anti-diaspora qui, comme par une baguette magique ou du moins par circonstances, sont devenus ministres des Haïtiens Vivant à l’Etranger. Alors qu’en réalité, ils s’en foutent pas mal des préoccupations de la diaspora. Probablement, l’actuelle titulaire du MHAVE est différente parce qu’elle a vécu également à l’étranger pendant un certain temps ou parce que ses expériences dans le secteur privé des affaires lui ont imprégné des valeurs telles la satisfaction, confiance et engagement qui constituent les pierres angulaires d’un bon service à la clientèle. Ou c’est probablement la combinaison de plusieurs facteurs regroupant ses expériences dans le secteur privé, son vécu à l’étranger, son sens de service public et son éthique de responsabilité. On aurait souhaité que ces qualités dont fait montre Madame Ternier soient contagieuses.

Naturellement, d’aucuns diront qu’il n’y a pas lieu de crier victoire dans la mesure où la journée est encore très longue et on n’est même pas à mi-chemin. C’est peut-être vrai. Cependant, dans une route parsemée d’écueils et d’embuches de toutes sortes, chaque pas est une victoire. En ce sens, chaque initiative réussie dans la bataille pour l’intégration de la diaspora ne doit pas rester sous silence ou confiner dans le MHAVE tant les défis sont de tailles.

Ceux qui ont participé à la dilapidation du fonds national d’éducation constitué à partir de la contribution fiscale de $1.50 des membres de la diaspora détiennent encore beaucoup de pouvoir. Ils sont les conseillers du prince et paraissent par conséquent déterminer à miner la volonté du président Jovenel Moise à avoir une conversation franche avec les membres de la diaspora. Mais tel est pris qui croyait prendre. Nous autres membres très actifs de la diaspora sommes déterminés à accompagner la ministre afin qu’elle puisse porter nos préoccupations sur les fonts baptismaux. La victoire appartient à ceux qui persévèrent le plus. Et sans défis extraordinaires, il n’y a pas de résultats extraordinaires.

Si le forum Vendredi de la Diaspora, comme l’a si bien mentionné l’actuelle titulaire du MHAVE dans son discours de circonstance, est une plateforme de dialogue inter haïtien d’ici et d’ailleurs sur les grandes décisions devant engager la nation où les mots des haïtiens vivant à l’étranger auront beaucoup d’importance, il est donc bizarre que le chef d’Etat soit fait briller par son absence. On ignore les raisons de l’absence du président, mais la diaspora en prend note. Entre temps, beaucoup d’haïtiens vivant à l’étranger, comme moi-même, continuent à saluer l’engouement et le désir de servir de la ministre du MHAVE, Madame Marnatha Irène Ternier.

Jean Marie David  

Brooklyn, New York

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
11 mois 3 semaines ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
1 année 12 mois ago