Massacre de Carrefour-Feuilles : La Fondasyon Je Klere (FJKL) s’insurge contre la banalisation du droit à la vie en Haïti

Publié
7 mois ago
Dernière mise à jour
7 mois ago
3710 views
Time to
read
1’

La Fondasyon Je Klere (FJKL) Constate que depuis quelque temps le pays est devenu un bateau sans gouvernail marqué par la violation systématique des droits à la vie et à l’intégrité physique et morale des citoyens et citoyennes. 

Le pays est livré à des bandits armés qui pillent, volent, violent et tuent à visages découverts dans les quartiers à forte concentration de population et dans des rues et routes très fréquentées. 

L’Etat ne fait quasiment rien pour prévenir de tels actes et n’exerce aucune forme de poursuite sérieuse contre les auteurs et complices de ces actes crapuleux, honteux et totalement inacceptables au pays de Toussaint Louverture, de Claire Heureuse, de Jean Jacques DESSALINES, d’Alexandre Pétion et de Henry Christophe connu pour la lutte menée par les pères fondateurs de la patrie pour le respect des droits de tous et de chacun à vivre libre dans la dignité. 

La FJKL est choquée d’apprendre que dans la nuit du 24 avril 2019, la bande armée du nommé Sony Jean alias Ti Je a débarqué à l’impasse Eddy à Carrefour - Feuilles et a ouvert le feu avec des armes de guerre contre des individus sans défense. 

Le bilan de l’attaque est lourd : 

  1. Quatre (4) personnes sont tuées sur place et quatre (4) autres ont rendu l’âme à l’hôpital des suites de leurs blessures dont : 

- Jean Eddy 

- Ti Pay, AC 

- Daniel Gilblas 

- Madame Smith, une femme enceinte  

  1. Douze blessés 

Parmi les blessés, on a identifié les personnes suivantes : 

-Charles Louis-Charles 

-Clobens Coriolan 

- Carline Lundi 

-Francesca Oxil 

-Michou Jean-Louis 

-Sylvestre Berlin 

-Johnny Alexis… 

La FJKL constate que cette augmentation des actes de violence et d’insécurité arrive à un moment où le gouvernement en place n’a pas son entrée au Parlement pour s’expliquer devant la nation et aucune mesure n’est annoncée pour rassurer la population; 

La FJKL constate également que cette flambée des actes de violence survient au moment où il devient de plus en plus évident que des élus et des Hauts fonctionnaires de l’Etat sont de connivence avec les bandits armés sans que la justice ne fasse preuve de sévérité vis-à-vis des délinquants de tout acabit ; la montée de l’insécurité coïncide avec la remobilisation de la Commission de Désarmement tandis que  les ports et les frontières ne sont pas contrôlés : des armes et des munitions continuent à être livrées aux bandits en toute impunité. 

La FJKL note que les gangs armés ne cessent de bénéficier de l’impunité officielle et qu’ils imposent la terreur sans crainte alors qu’il est du devoir de l’Etat de garantir la sécurité de tous les citoyens (es) se trouvant sur le territoire.  

La Fondasyon Je Klere (FJKL), tout en présentant ses sympathies aux victimes du massacre de Carrefour-Feuilles, demande au pouvoir en place de tout entreprendre afin que les responsables de ce nouveau massacre soient identifiés, recherchés, arrêtés et soumis à la justice répressive. 

Port-au-Prince, le 25 avril 2019 

Voir le Communiqué ici

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 6 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 7 mois ago