Grand-ravine : Ne nous leurrons pas

Publié
2 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
815 views
Time to
read
3’

Analyse des évennements de grand-ravine

Nous devons joindre nos voix ensemble pour sympathiser avec les proches des victimes tout en condamnant avec la dernière rigueur le comportement machiavélique des autorités politiques qui a conduit à la perte de ces personnes dans un combat dont elles ignorent les vraies causes et les vrais objectifs. Car la situation désastreuse et catastrophique qui sévit à Grand Ravines ne date pas d’hier. Elle a été créée et entretenue par les pouvoirs politiques et s’est ajoutée à celle de Tibwa, de Delouis, de Raboto, des quartiers de cité soleil, de Fontamara, de Jalousie, de Fort Mercredi, de Bel-air pour ne citer que ceux-là.
Des Duvaliers, au PHTK en passant par Fanmi Lavalas, nos autorités politiques élues ou mises au pouvoir ont toutes entretenu cette macabre complicité avec les caïds de ces cités pour les aider à verser la quantité de sang qu’il faut pour arriver aux commandes de ce pays qui n’ en est plus un.
Qui a oublié la protection qu’Aristide fournissait à Ronald Camille(Cadavre), Jean Tatoune ou autre Dread Wilme et les larmes qu’il a versées à la mort de Félix(Fefe) Bien-aimé ? On se souvient, il y a trop peu, du président Jovenel Moise, alors en campagne, déambulant sans vergogne aux côtés du très recherché Tèt Kale dans les rues de ces quartiers pourvoyeurs de tueurs.
Comment des policiers pauvrement armés, ignorant les corridors, les cachettes voire les visages  des bandits qu’ils sont censés venir maitriser peuvent se permettre de mener un raid sans une réelle évaluation des besoins logistiques, humains et d’intelligence/renseignements ?
Nos dirigeants politiques sont les principaux responsables de l’existence des endroits comme Grand-ravines et entretiennent des liens sombres avec les chefs de ces quartiers dont ils participent à ériger et conforter le pouvoir. Ensuite elles ferment leurs yeux sur la poursuite de la multiplication des quartiers-ghettos et le renforcement de la mainmise des chefs de gangs sur les populations de ces quartiers. Ils sont si puissants que c’est d’eux que les candidats aux élections obtiennent l’autorisation de candidater et de battre campagne. Certains fonctionnaires obtiennent d’eux l’aval d’être nommés dans une fonction et d’y rester en échange de compensations financières et autres services. Ce sont les gangs et leurs chefs qui donnent l’autorisation à coups de fortes sommes, aux ONGs, aux services publics de construire des routes, des ponts, des maisons. Ils perçoivent les taxes dans les écoles, les églises, les super-marchés, les marchés publics, etc.. Ils distribuent l’eau et l’électricité dans leur petit royaume. 
Ils reçoivent à leur convenance, les candidats et les élus de toute tendance, de toute fonction à la recherche de leur bénédiction. Ils sont craints, aimés et respectés par ces peuples laissés pour-compte qui transforment leurs angoisses, leurs peurs en amour et respect pour ces gens qui paradoxalement sont leurs fils, leurs neveux, leurs cousins, leurs frères, afin de gagner quelques années de vie supplémentaire dans ces laboratoires de misères humaines dont Grand-ravines n’est qu’un échantillon.
Demander ce que la Police est allée faire dans ce quartier est superflu. Mais savoir de qui elle a reçu l’ordre de mener cette opération, comment et avec quoi elle l’a préparée est d’une importance capitale. Puisque tout est lié et que rien ne se passe au hasard sur cette presqu’ile,  on peut aisément se questionner sur les vraies motivations des autorités dans la conduite de ce « raid ». En effet, on peut se demander si les autorités ne cherchent pas à détourner l’attention de l’opinion publique sur le vrai sujet de l’heure à savoir le rapport sur la dilapidation des trois(3) milliards de dollars provenant des fonds Petrocaribe, en envoyant des policiers se sacrifier et sacrifier des civils. Ce rapport dont la mise en débat du contenu au sein des chambres du pouvoir législatif, devra en tout état de cause mettre fin à la  lune de miel de Jovenel Moise avec le parlement, devient est un clou « gaguite » dans le talon du président de la république et de ses acolytes y compris son impresario Wilson Laleau par ce qu’il sera obligé de prendre ses distances de beaucoup d’entre eux et encourager l’action publique à se mettre en mouvement rapidement.
Une intervention des forces policières à Grand-Ravines n’est pas un scoop ni une nouvelle. Toutefois, condamnables sont l’impréparation de cette intervention et ses conséquences sur des civils innocents et sur les policiers eux-mêmes.
Nous nous leurrons si nous pensons que les autorités veulent prendre le contrôle des quartiers comme Grand-ravine par ce qu’au-delà de ces sacrifices de policiers et de civils, il y a tout un système qui travaille à créer des villes bidons et des bidonvilles pour entasser des populations à la recherche de l’humanité hors des campagnes oubliées pendant que des milliards de dollars sont empochés par un petit groupe d’opulents et de mesquins.

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 7 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 7 mois ago