Jovenel Moïse vante ses réalisations

Publié
1 année ago
Dernière mise à jour
1 année ago
528 views
Time to
read
2’

En 2013, il était dans cette grande salle de Paris comme entrepreneur. L’ex-président Michel Martelly l’avait emmené pour présenter son projet Agritans (plantation de bananes) que l’on connait tous. Quatre ans après, Jovenel Moïse est revenu comme chef d’

En 2013, il était dans cette grande salle de Paris comme entrepreneur. L’ex-président Michel Martelly l’avait emmené pour présenter son projet Agritans (plantation de bananes) que l’on connait tous. Quatre ans après, Jovenel Moïse est revenu comme chef d’État. Après une première rencontre avortée dimanche dernier (il était bloqué à Londres à cause de raisons climatiques), Jovenel Moïse s’est finalement adressé à 21 heures à la communauté haïtienne de Paris. D’emblée, le président de la République, accompagné de son épouse, de ministres et d’une dizaine d’hommes d'affaires haïtiens, a rappelé qu’il était effectivement dans cette salle de Dock Pullman qui accueille souvent des groupes musicaux d’Haïti. « Je ne savais pas que je serais encore ici quatre ans après », a-t-il dit. 
Plusieurs centaines de personnes ont fait le déplacement pour écouter pour la première fois le chef de l’État. Il y en a qui vont régulièrement en Haïti,  d’autres n’y ont jamais mis les pieds depuis plusieurs années. Mais après avoir écouté le chef de l'État, ces derniers semblent convaincus qu’ils n’ont pas le même pays en tête.  Comme dans sa campagne électorale, le président de la République a fait l’étalage de ses réalisations en un « laps de temps » au pouvoir. « Beaucoup de travaux sont déjà réalisés avec aucune aide internationale et aucun accord PetroCaribe », s’est vanté le chef de l’État sous des tonnerres d’applaudissements par intermittence. Comme en territoire conquis.
Pour une énième fois, la corruption était au centre du discours de Jovenel Moïse. En réunion avec son homologue français la veille, il en a parlé. Le président de la République a de nouveau expliqué que c’était le principal problème du pays. Selon lui, la corruption en Haïti est tout «  un système » qu’il veut « attaquer frontalement ». « La corruption est un mal absolu. Elle se dresse en face de moi et je veux l’attaquer frontalement », a lancé M. Moïse à la communauté haïtienne, encore sous une pluie d’applaudissements. 
Quel geste le président a-t-il posé dans sa lutte contre la corruption ? A une telle question il répondrait qu’il est en train d’ « assainir la fonction publique », bastion selon lui de la corruption. « 23 000 chèques '' zombis'' ont été retrouvés dans l’administration publique », a-t-il indiqué, comme pour appuyer ses propos. 
Comme il le fait depuis quelques  mois, le chef de l’État a présenté sa « Caravane du changement » à la communauté haïtienne qui voulait entendre de « bonnes nouvelles » sur leur pays. Et elle en a eu pour son argent. Le président leur a expliqué que quelque 350 équipements du Centre national des équipements (CNE) ont été réparés en trois mois, que son administration a acheté à crédit 123 millions de dollars d’équipement pour réaliser plusieurs travaux d’infrastructures dans le pays dont certains sont en cours, qu’il a rétabli  après 24 ans les Forces armées d’Haïti, que des centres de germoplasme, (qui peuvent produire 4,5 millions de plantules par année) sont en train d’être implantés un peu partout dans le pays, qu’il travaille pour électrifier le pays 24 heures sur 24.
 Malgré l’ampleur des défis, le président, qui reconnaît que les priorités sont nombreuses et les ressources limitées, n’a cessé de faire des promesses. « Sur chaque 100 enfants, 90 sont scolarisés. A la fin de mon mandat, ils seront tous scolarisés », a assuré Jovenel Moïse. 
Qu’est-ce que le président a omis de dire? Rien ou pas grand-chose. 
Valéry Daudier source le nouvelliste

Tags: 

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 2 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 2 mois ago