Michel-Ange Gédéon: Rendre la police plus forte

Publié
2 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
543 views
Time to
read
1’

Les sénateurs, dans le sillage de cette énième QAG (Questions orales au gouvernement), ont voulu s'enquérir des capacités de l'institution policière de prendre le relai au départ de la MINUSTAH, savoir si elle est capable de contenir d'éventuelles gigantesques manifestations. Bref, ils se sont donné la peine de chercher à comprendre si la PNH est apte à combler le vide laissé par les Casques bleus. Pas sûr qu'ils en soient sortis rassurés, quoique Michel-Ange Gédéon, bien aidé par ses pairs, s'est illustré sur sa bonne foi de rendre la police plus forte.
Pour y arriver, le patron des policiers, pas en odeur de sainteté aux yeux du pouvoir Tèt kale, a indiqué que la Police nationale compte actuellement environ 14 000 policiers, soit 1 301 femmes qui représentent 9% de l'effectif. «On a 1,3 policier pour 1 000 habitants. 1 038 aspirants sont en formation à l'Académie de police. La police est partout en Haïti. Nous sommes présents dans 261 des 570 sections communales», a d'entrée de jeu déclaré Michel-Ange Gédéon, regrettant les cas d'homicide enregistrés ces jours-ci – déjà plus d'une vingtaine au cours de l'année – dans les rangs de l'institution.
Les élus, une dizaine ce mercredi dans l'hémicycle, ont, comme souvent, assailli le haut état-major de questions, de commentaires et de suggestions, passant, entre autres, de la formation des policiers au manque de femmes policières. Sur la formation, Gédéon a expliqué que la PNH continuera de travailler avec ses bailleurs internationaux qui la supportent grandement sur ce volet. Il a du coup évoqué les objectifs qu'ils [les haut-gradés de la PNH] se fixent dans le nouveau plan de développement de la police haïtienne, allant de 2017 à 2021. «L'emphase est surtout mise sur la question de la police de proximité, appelée police communautaire», a-t-il dit. 
« Ce plan repose sur la mise en place d'une direction de renseignements, sur la sécurisation des frontières terrestre, maritime et aérienne», a détaillé Michel-Ange Gédéon, optimiste sur la question de renforcement des unités de maintien pour compenser le vide laissé par la mission onusienne qui était, dit-il, d'un support de taille pour la police haïtienne. «Nous travaillons sur les assurances pour les policiers et leurs familles, la prise en charge des familles des policiers décédés», a égrené le premier des policiers, rappelant que faire passer le taux d'effectif féminin de 9 à 12% dans les années à venir est l'un des objectifs poursuivis.
Juno Jean Baptiste source le nouvelliste

Tags: 

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 6 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 7 mois ago