ONA, OFATMA et salaire minimum : des promesses à n’en plus finir

Publié
2 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
310 views
Time to
read
3’

Pour sa rencontre avec la commission Affaires sociales et Travail du Sénat de la République, le ministre des Affaires sociales et du Travail se faisait accompagner, entre autres, du directeur général de l’Office national d’assurance Chesnel Pierre et du directeur général de l’Office d’assurance d’accidents du travail, de la maternité et de la maladie Joseph Agabus. Ces directeurs sont invités à fournir des explications sur la qualité des services offerts aux assurés qui  ne cesse de susciter des grognes dans les rangs de ces derniers.
Sur le dossier de l’OFATMA, le mauvais service dont se plaignent les assurés est dû à la dette de 260 millions de gourdes envers les institutions de santé privées affiliées à cette institution. Après une série de rejets de responsabilité entre les acteurs le mois dernier, on sait aujourd’hui que la responsabilité de cette dette incombe au ministère de l’Economie et des Finances. Malgré tout, l’OFATMA peut continuer sa route et promet d’accompagner les ouvriers de la sous-traitance.
A propos de l’ONA, la situation est beaucoup plus délicate. Les assurés, selon ce que rapporte, la veille, le syndicaliste Dominique St-Eloi au président de la commission Antonio Cheramy, se plaignent du «mât suifé» qu’ils sont appelés à gravir quand ils veulent faire des emprunts dans cette institution qui, pourtant, a cette prérogative. Le pire, selon ces syndicalistes, reste le fait que certaines personnalités des élites politique et économique obtiennent à leur gré, des emprunts faramineux à l’ONA sans en être des assurés.
Sur ces allégations, le directeur général de l’ONA Chesnel Pierre, esquivant la responsabilité en rappelant qu’il vient tout juste de prendre les rênes de l’institution, dit reconnaitre “qu’il y a vraiment une certaine lenteur” dans le processus d’octroi de prêts au sein de l’ONA sans préciser si cette lenteur s’impose aussi aux velléités des gens des élites politique et économique indexés par les contribuables.
Chesnel Pierre, pour tirer son épingle du jeu, enchaîne avec la promesse d’agir sur cette lourdeur en créant “un raccourci pour réduire la procédure d’emprunt sur les frais de cotisation afin de soulager les ouvriers”, invitant la presse à attendre la vérité qui jaillira de sa rencontre prévue pour mercredi prochain avec la commission.
Les promesses du ministre
Le ministre des Affaires sociales et du Travail Roosevelt Bellevue n’a lui aussi que des promesses à faire sur ces points.
A propos du salaire minimum, le ministre reprend les sempiternelles promesses “ d’accompagner les ouvriers de la sous-traitante. Malgré les problèmes auxquels sont confrontées ces institutions, le ministre avance: « Concernant la question du salaire minimum, nous avons précisé un ensemble d’accompagnements sociaux afin de soulager les ouvriers qui doivent jouir d’un ensemble de droits et répondre à certains besoins sur le plan alimentaire, du transport et sur le plan médical ». Ces problèmes sont là mais les solutions sont dans le futur, à en croire le ministre qui enchaîne : «  Il y a un ensemble d’idées en route qui permettront aux différentes instances concernées, à savoir l’OFATMA, L’ONA, de prendre des dispositions et l’ONA s’engage déjà à créer un magasin communautaire qui sera installé dans chaque usine, à commencer par la SONAPI afin que les ouvriers puissent acheter à un prix réduit. Sur le plan du transport, l’ONA s’engage déjà à mettre un ensemble de bus à la disposition des ouvriers et sur le plan médical, l’OFATMA s’engage à renforcer les dispositifs afin que les ouvriers puissent bénéficier d’une couverture médicale appropriée ». Encore dans ses perspectives, le ministre annonce qu’une note du MAST sortira dès ce mercredi afin de contraindre les entreprises à se mettre à jour avec la cotisation de l’ONA et de l’OFATMA.
Un prêt au logement sera aussi mis sur pied à l’ONA à l’intention des ouvriers annonce encore le ministre Bellevue. Ce prêt se fera avec l’intervention de l’EPPLS et de l’Etat afin de baisser le coût de ces logements, dévoile encore le ministre, parlant dans le futur.
Ces ouvriers bénéficieront dans le court terme d’un accompagnement du gouvernement à l’occasion de la rentrée des classes clame le ministre : « Des kits scolaires seront distribués, le 2 et le 3 septembre prochain respectivement à la SONAPI et à Caracol ». Des bourses seront aussi distribuées aux ouvriers dont les enfants ont eu de bonnes notes pendant la dernière année scolaire, souligne Roosvelt Bellevue.
Suite de ces promesses, le président de la commission Affaires sociales et Travail du Sénat Antonio Cheramy dit attendre la mise en application des mesures annoncées.
Samuel Celine HPN

Tags: 

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 3 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 4 mois ago