Lutte des enseignants: Le ministre Cadet visite les écoles victimes

Publié
2 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
470 views
Time to
read
2’

Au collège Cœur Immaculée de Marie (CIM) et au lycée Marie Jeanne qui figurent parmi les écoles visitées ce lundi 5 juin, le ministre Cadet dénonce ces attaques inacceptables dans le cadre d’une société démocratique supposant, dit-il, le respect de l’autre. Il manifeste sa solidarité et ses sympathies aux écoles victimes, tout en promettant de consulter les instances concernées en vue d’assurer la protection des écoles après avoir entendu les témoignages des responsables et élèves encore traumatisés.
« Ces comportements violents ne font que traumatiser les enfants. Ils peuvent avoir des conséquences graves sur leur apprentissage. Je pense que c’est inacceptable en 2017 », soutient le ministre Cadet, lequel dit cependant reconnaître le droit de revendication des enseignants.
Revendications sur le point d’être satisfaites
Par ailleurs, le ministre de l’Éducation nationale confirme à nouveau les engagements du gouvernement visant à satisfaire les revendications des enseignants tout en condamnant ces attaques d’écoles. M. Cadet dit avoir déjà trouvé des solutions aux revendications des enseignants.
Selon lui, les avis financiers sont déjà acheminés au ministère des Finances pour le paiement de 2700 enseignants qui ont été nommés dans le système mais qui n’ont pas été rémunérés depuis quelque temps. En ce qui concerne les arriérés du PSUGO, le numéro 1 du MENFP rappelle que les virements bancaires ont été effectués sur les comptes des Directions départementales d’éducation (DDE) aux fins de payer les dettes de l’année 2015-2016. Pour l’année 2014-2015 qui, dit-il, devient une dette publique, le MENFP a déjà adressé une correspondance au ministère des Finances lui demandant de faire le nécessaire.
Pour le dossier relatif aux étudiants finissants stagiaires de l’École normale supérieure (ENS), les 180 lettres de nomination ont été déjà signées depuis la semaine écoulée et acheminées à qui de droit, informe-t-il.
« Ces étudiants commenceront à travailler d’ici septembre. Ils seront payés pour le mois de septembre. Néanmoins, leur lettre de nomination entrera en application en octobre avec le commencement de la nouvelle année fiscale », précise le chargé de l’éducation de la République.
Abordant aussi la question d’augmentation de salaire qui fait partie des revendications, le ministre Pierre Josué Agénor Cadet a donné la garantie que le gouvernement s’est mis d’accord pour que cette augmentation soit effective d’ici octobre prochain.
Les responsables d’écoles dénoncent les dérives
Il faut dire que les directrices de ces écoles, y compris les élèves ont également dénoncé ces attaques qui, disent-elles, ont eu un impact négatif sur les enfants traumatisés, tout en saluant la visite de solidarité du ministre qu’elles considèrent comme un acte réconfortant.
« Je n’avais pas encore vécu ces genres de chose. J’étais vraiment abasourdie. Ce n’est pas un comportement acceptable. Ça nous traumatise et nous affecte jusqu’au plus profond de nous-mêmes. Nous travaillons encore dans la peur », déclarent deux élèves du secondaire 4 du CIM, lesquelles soulignent en même temps avoir compris les frustrations des lycéens qui vont quotidiennement en salles de classe privées de professeurs, alors que les examens officiels approchent.
La directrice générale du Collège Cœur Immaculée de Marie (CIM), Sœur Philomène Fabre dit être dans une situation très compliquée pour gérer les enfants sur le plan psychologique par rapport à ce qui s’est passé à l’école la semaine dernière.
« Alors que l’école travaillait dans le calme le vendredi 26 mai. Il était 12 heures 30, les enfants du préscolaire étaient sur le point de départ quand une bande de manifestants vêtus d’uniforme de lycée accompagnés d’adultes en civile ont attaqué l’établissement et brisé la barrière principale, tout en lançant des pierres ça-et-là. Les enfants ont été aux abois. Elles ont eu peur. Et cette peur gagne encore les esprits jusqu’aujourd’hui », témoigne la religieuse.
Le témoignage de la Sœur Philomène Fabre n’a pas été différent de celui de la directrice du lycée Marie Jeanne, Mme Francesca Polycarpe qui informe que son école a été attaquée par les manifestants au moins quatre fois en moins d’un mois.
Photo: Sadrac Theodore Texte : Alix Laroche source HPN

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 3 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 4 mois ago