Le défi de La Fondation Héritage à nos candidats

Publié
3 années ago
Dernière mise à jour
2 années ago
436 views
Time to
read
1’

La Fondation Héritage pour Haïti (LFHH), dans une note de presse, demande aux partis, aux plateformes politiques et aux candidats qui ont participé aux élections de novembre 2016 de divulguer la liste des subventions et dons reçus en nature et en espèces ainsi que leur provenance.  La Fondation demande aussi la divulgation de la liste des dépenses effectuées dans le cadre de la campagne de chaque candidat. 
La Fondation Héritage pour Haïti, dans sa note, n’a fait que rappeler à nos candidats ce que dit le décret électoral en son article 135. Cet article, faisant obligation de présenter au Conseil électoral provisoire  (CEP), dans un délai de 30 jours après la proclamation des résultats définitifs, « la liste détaillée et complète de tous les dons et donateurs ainsi que le rapport financier de la campagne dûment signé d’un comptable agréé,» figurait aussi dans des lois électorales précédentes. Combien d’anciens candidats avaient posé ce geste après leur élection? Combien de nos maires et de nos parlementaires l’ont fait ?
Jovenel Moïse, Jude Célestin, Moïse Jean-Charles, Maryse Narcisse et toute la kyrielle de candidats au processus électoral en cours vont-ils divorcer avec la gestion opaque du financement de la campagne électorale ? Ce serait une bonne chose pour le pays. Ce serait surtout un premier pas dans la lutte contre la corruption que nos candidats promettent de combattre pour tout oublier après leur élection. Le Conseil électoral de Léopold Berlanger et l’Unité de lutte contre la corruption (ULCC) vont-ils se donner les moyens pour forcer nos futurs élus à respecter cette exigence du décret électoral ? 
Nous connaissons le poids de l’argent dans les élections en Haïti. Certains ont même accusé publiquement des candidats de financer leur campagne électorale avec de l’argent sale. Dans ce contexte, il s'avère important que ceux qui sont appelés à diriger notre pays, déjà perçu comme un très mauvais élève en matière de lutte contre la corruption, soient au-dessus de tout soupçon. Ce qui n’est pas le cas dans les élections en cours. Il devient ainsi urgent de répondre à l’appel de La Fondation Héritage pour Haïti. 
Cela nous épargnera un scandale pareil à celui qu’avait provoqué l’enquête de la journaliste dominicaine Nuria Piera qui avait accusé l’ancien président Michel Martelly et l’ancienne candidate à la présidence Mirlande Manigat de recevoir de l’argent du secteur privé dominicain. Des accusations que Mme Manigat avait finalement confirmées, mais toujours niées en bloc par le camp Martelly. 
Nos futurs parlementaires, surtout ceux-là qui vont intégrer la commission Éthique et Anticorruption des deux chambres, ont tout aussi intérêt à mettre leurs devoirs au propre. Cela donnera plus de crédibilité à leurs rapports sur des cas présumés de corruption. 
Attendons voir combien de candidats vont répondre à la demande de La Fondation Héritage pour Haïti. 
Jean Phares Jérome Edito du Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 11 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 11 mois ago