Des athlètes haïtiens trop pauvres pour obtenir un visa au Canada?

Publié
3 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
616 views
Time to
read
2’

Les membres de l'équipe de basketball Haïti Bongu redoutaient cette décision depuis deux mois. En juin, un gestionnaire de l'ambassade du Canada à Port-au-Prince leur avait envoyé un courriel dans lequel il affirmait qu'il y avait de fortes chances que leurs demandes de visa ne soient pas approuvées étant donné « les conditions extrêmes de pauvreté du pays. »
Selon l'entraîneur de l'équipe, Sebastian Petion, Citoyenneté et Immigration Canada a pris cinq semaines avant de rendre sa décision, soit deux jours avant la compétition.
Ils ont dit que nous n'avons pas de maison, pas d'argent, que nous n'avions aucune raison de revenir en Haïti après le tournoi.
Sebastien Petion, entraîneur de l'équipe Haïti Bongu
L'homme croit néanmoins que rien ne laissait présager que ses joueurs voulaient rester au Canada. « Pourquoi les joueurs resteraient-ils au Canada? Immigration Canada serait à leurs trousses et ils n'ont pas de soutien ni de famille dans ce pays. Alors qu'ici, en Haïti, ces athlètes sont de véritables héros », affirme-t-il.
L'entraîneur précise aussi que l'équipe a dépensé plus de 7000 $ en vue de ce voyage . Une somme énorme pour son organisation. « Cet argent aurait pu servir à soutenir nos joueurs qui sont presque tous à l'université, ça aurait pu servir à mieux organiser nos activités ici en Haïti. »
L'équipe consternée
Les joueurs de l'équipe Haïti Bongu sont de véritables vedettes en Haïti, et le tournoi de Burnaby était une forme de récompense pour cette équipe qui a été formée quelque temps après le séisme de 2010 dans le pays.
Le capitaine de l'équipe, Charlesbenson Turenne, confie être très déçu de la décision du Canada.  « Le fait d'aller jouer au Canada contre 16 autres équipes de partout dans le monde représentait pour moi une joie indescriptible. J'ai passé deux nuits d'insomnie à réfléchir à comment préparer mon équipe, à l'entraîner, mais tout ça n'arrivera jamais », se désole-t-il.
Charlesbenson Turenne croit que la décision du Canada est discriminatoire. « On a donné la possibilité à tous les autres pays de participer, mais pas à nous », dit-il. Selon lui, le Canada discrimine les candidats par rapport à leurs moyens financiers.
J'aimerais que les grands pays comme le Canada voient Haïti autrement.
Charlesbrenson Turenne, capitaine de l'équipe Haïti Bongu
Une décision prise d'avance, selon l'organisateur
L'organisateur du tournoi, Dave Wahl, croit que la décision de Citoyenneté et Immigration Canada envoie un message négatif à travers le monde.  « D'une certaine façon, on est en train de dire qu'on est trop important pour tenir ce genre d'événements, mais ça envoie aussi le message que notre système d'immigration est très mal organisé », croit-il.
Selon lui, l'équipe avait rempli tous les documents nécessaires, et ce, bien avant les dates d'échéance. Il déplore le fait que le Canada ait attendu à la dernière minute avant de remettre sa décision. « Cette équipe était l'une des mieux organisées du tournoi, ils n'ont fait aucune erreur dans leur demande de visas. J'ai l'impression que la décision était prise dès le début du processus », affirme-t-il.
Il n'y a pas que l'équipe d'Haïti qui s'est vue refuser ses demandes de visas. Selon Dave Wahl, la moitié des membres de l'équipe du Zimbabwe n'ont pas eu le droit d'entrer au Canada.
Réponse de Citoyenneté et Immigration Canada
Joint par courriel, un porte-parole de Citoyenneté et Immigration Canada n'a pas voulu commenter ce cas précis, mais affirme que, de façon générale, une équipe spécialisée aide les organisateurs d'événements à respecter les exigences en matière de visa.
Selon le ministère, il incombe aux demandeurs de démontrer leur admissibilité et de prouver qu'ils viennent au Canada sur une base temporaire seulement.
Concernant les questions de discrimination, le porte-parole du ministère, Remi Larivière, affirme que « les mêmes critères s'appliquent à tous ceux qui veulent entrer au Canada, peu importe leur pays d'origine ».
Par Michael Bédard source Radio Canada

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 8 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 9 mois ago