COMPLOT NATIONAL ET INTERNATIONAL CONTRE HAÏTI ?

Publié
3 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
443 views
Time to
read
3’

Depuis le 7 Février 1986 ou depuis les 30 dernières années, les pays colonisateurs tels que les Etats-Unis, la France et de concert avec le Canada, par le biais des Églises catholiques et protestantes en Haïti, avaient donc décidé de montrer manu militari ou violemment la porte de sortie au feu Jean-Claude Duvalier et sa famille à destination de la France en utilisant l'ignorance des masses populaires, et, notre Ancienne Perle des Antilles n'a jamais cessé depuis de régresser lamentablement et pour cause : Imbroglio politique sans précédent dans les annales de l'Histoire d'Haïti, création d'une Constitution bidon en 1987 devant permettre aux pays Occidentaux de recommencer à nouveau à mâter impitoyablement Haïti et d'empêcher à ce que les conséquences néfastes du colonialisme et du néo-colonialisme qu'avait effacées le Dr François Duvalier, alias papa Doc, ne soient jamais vraiment effacées, disparition de toutes les Forces de Sécurité en Haïti, en particulier, l'Armée et la Police nationale, Occupation permanente d'une Force Multinationale d'Occupation et sous l'unique prétexte qu'un petit pays comme Haïti n'a pas besoin d'une Force Armée, un quinquennat qui se renouvelle sous la forme d'une présidence à vie et avec les éléments les plus négatifs de la société haïtienne mais soutenus inconditionnellement par les pays Occidentaux ou colonisateurs, la masse orpheline abandonnée à son sort qui devient de plus en plus pauvre, et, disons-le ouvertement, dans un tel contexte, qui peut vraiment diriger ce pays ?
En fait, qui peut vraiment diriger ce pays si tous nos politiciens se réclament occidentalistes ou pro-américains, car personne ne veut diriger sans le consentement de l'Oncle Sam, de la France et du Canada ? Même quand il existe toute une kyrielle de partis politiques en Haïti, tous ces partis regardent dans la même direction et aucune Opposition officielle devant défendre ou prendre en cause les intérêts du peuple haïtien. Dans ce cas, que font nos politiciens haïtiens au Parlement à Port-au-Prince ? Afin de pouvoir répondre correctement et judicieusement à cette question épineuse, analysons donc l'article 15 de notre Constitution bidon de 1987, soit un an après le départ forcé du feu Jean-Claude Duvalier vers la France : « Voici donc le contenu de l'article 15 : La double nationalité Haïtienne et Étrangère n'est admise dans aucun cas. » Permettez-moi svp de parler au nom des sans-voix, au nom des illettrés, analphabètes, des plus pauvres parmi les pauvres de tous les pays, c'est-à- dire parler au nom des 10 millions de mes frères et sœurs en Haïti qui vivent dans des conditions dépassant l'entendement humain :
--(1) : Aucun homme, aucune femme, dans aucune société n'a le droit de se faire passer en écrivant sur une feuille de papier au nom d'un peuple qu'il doit remplir ses poches, lui et sa famille, mais ceux qui avaient quitté le pays pour une vie meilleure ne doit pas retourner travailler inconditionnellement avec son peuple et pour son pays !
--(2) : Qui est Haïtien ou Haïtienne : Toute personne possédant un acte de naissance spécifiant clairement, sans l'ombre d'un doute, qu'il ou elle est né dans un endroit appartenant aux 9 départements géographiques de la République d'Haïti, dans la mesure où ses connaissances académiques, un dossier judiciaire clair, cette personne, femme ou homme, est éligible à n'importe quel poste dans ce pays qui s'appelle Haïti, et ce, même si cette personne vivait des années à l'extérieur d'Haïti.
--(3) Les incompétents au Parlement en Haïti prétendent que personne née en Haïti n'a le droit d'avoir une double nationalité et occuper un poste tel député, sénateur ou président de la République. Bon, soyons sérieux, si j'aime vraiment mon pays, j'aime mon peuple, aucun homme n'a le droit de me poser une telle condition, il appartient à mon peuple de dire oui ou non dans des élections et non sous les ordres d'un petit groupe de malfaiteurs politiciens, pour la plupart, illettrés, violents, voleurs, kidnappeurs et j'en passe...Là où ça devient intéressant, c'est aussi là où le bât blesse ! Ceux qui veulent utiliser l'ignorance du peuple pour se faire élire députés ou sénateurs, ils ont les raisons suivantes : a ) Jaloux des gens qui étaient contraints de quitter Haïti, en fait, ses compatriotes, tandis que pour eux, les politiciens en Haïti, pour avoir une chance d'être riches et quitter Haïti à destination des Etats-Unis, il n'existe qu'une seule porte de sortie, se faire élire député ou sénateur, avoir son visa américain, ramasser beaucoup d'argent U.S. et attendre que son mandat arrive à son terme pour quitter Haïti. Dans un tel cas, il a trahi le peuple et son pays. De tels crimes méritent la peine capitale, et toujours dans cette même Constitution bidon de 1987, l'article 21-1 devrait être appliqué ici dans son cas :« Le crime de Haute trahison est puni de la peine des travaux forcés à perpétuité sans commutation de peine.»
Quant à mes compatriotes dans la diaspora qui font à la fois vivre leur famille en Haïti et le pays, on ne peut dans aucun cas les qualifier de traîtres, ils n'ont rien volé avant de quitter Haïti, pour la majorité, ils n'étaient ni sénateurs, ni députés et encore moins présidents de la république ou premiers ministres. Ce sont des citoyens et des citoyennes honnêtes et ce n'est qu'avec eux que je vois la nouvelle Haïti. Bref, j'aimerais savoir ce que Martelly et les politiciens actuels font avec le 1.50 dollar U.S. sur chaque transfert d'argent qui arrive en Haïti ?
( À SUIVRE )

Tags: 

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 5 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 5 mois ago