« Privert ne fait pas partie de la solution », selon les députés de l’APH

Publié
3 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
445 views
Time to
read
2’

On n’est pas sorti de l’auberge. Si le 28 juin dernier, c’était la bande à Youri Latortue qui avait infirmé le quorum empêchant du coup la tenue de l’Assemblée nationale sur le maintien ou le départ de Jocelerme Privert, le jeudi 14 juillet, c’était le tour de la bande à Gary Bodeau de l’APH de boycotter la séance. « Privert ne peut pas faire partie de la solution… », a déclaré le député Wolf Papillon de l’APH joint au téléphone jeudi soir alors qu’il participait à une rencontre avec les membres du bloc, dont Gary Bodeau, dans un hôtel à  Pétion-Ville jeudi soir, environ deux heures après le report de la séance.
Le parlementaire a dénoncé le fait que le président de la Chambre de députés et celui du Sénat avaient lancé une invitation en Assemblée nationale alors qu’il n’y avait encore aucune entente sur la feuille de route. « Les conditions n’étaient pas réunies pour la tenue de l’Assemblée nationale », a indiqué Wolf Papillon. « Nous sommes contre la violation de la Constitution. M. Privert, ni son passé ni sa gestion récente des affaires de l’État ne nous autorisent à espérer des élections honnêtes avec lui », a-t-il fulminé.
Selon le député qui se faisait souffler des mots par les autres membres de l’APH tout au long de l’interview, l’Assemblée nationale n’a pas à se prononcer sur le sort de Jocelerme Privert. « Le sort de M. Privert est scellé par l’accord du 5 février 2016. Son mandat était de 120 jours maximum. À défaut de l’accord, on peut se référer à la Constitution en son article 134.3 qui dit en substance que le président de la République ne peut ni obtenir une rallonge de son mandat ni en briguer un second », a-t-il évoqué.
En boycottant la séance en Assemblée nationale d’hier, les membres de l’APH estiment avoir dévié ce qu’ils appellent « un coup d’État parlementaire ». « Infirmer le quorum, c’est une technique parlementaire. C’est ce qu’on a comme arme », a soutenu le député Wolf Papillon.
« Nous ne sommes pas au Parlement les seuls dépositaires de la souveraineté nationale. Il est temps qu’on fasse preuve d’humilité en appelant le pouvoir judiciaire pour intervenir dans la crise et trouver ensemble une solution », a-t-il dit. Une solution à laquelle Jocelerme Privert n’est pas le bienvenu. 
Les parlementaires du bloc des Tèt Kale et alliés à la Chambre des députés conditionnent leur participation à la séance en Assemblée nationale à la signature de la feuille de route par tous les blocs au Parlement. Une feuille de route qui met Jocelerme Privert hors-jeu. Parmi les exigences des membres de l’APH, un seul tour pour la présidentielle. Ce que le Conseil électoral avait déjà rejeté, soulignant que, selon le décret électoral, seules les élections des collectivités territoriales sont faites en un seul tour. 
Au Sénat, aucun des groupes des trois n’avait signé la feuille de route même pas le groupe de Youri Latortue. Ce qui a mis en colère les membres de l’APH. 
Après avoir constaté que le deuxième appel nominal accuse la présence de 55 députés et de 17 sénateurs, le quorum n’étant pas constaté, le président de l’Assemble nationale, le député Cholzer Chancy, n’avait pas d’autre choix que de reporter sine die la séance. 
Un mois après la fin de son mandat, Jocelerme Privert va devoir encore attendre la décision des parlementaires. En attendant, il reste au palais national avec une marge de manœuvre pour le moins limitée puisqu’il ne peut prendre des décisions qui engagent l’État.
Robenson Geffrard source le NOuvelliste

Tags: 

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 4 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 5 mois ago