Haïti en «tout compris»?

Publié
3 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
1265 views
Time to
read
4’

Le premier hôtel tout-inclus du pays, le Royal Decameron Indigo Beach Resort and Spa, a ouvert ses portes en décembre 2015, sur la côte des Arcadins, à environ 70 km de la capitale Port-au-Prince.
Le nouvel hôtel est installé dans l’ancien Club Indigo, qui avait lui-­même pris la place du Club Med, une destination vacances populaire ­auprès des Québécois dans les ­années 1980.
Pour lui donner un coup de jeune et le hisser au niveau des standards ­internationaux, la chaîne Decameron y a investi 15 millions $ US. Nouvelle réception décorée avec des œuvres d’art haïtiennes, petits balcons flambant neufs et salles de bain revampées pour chacune des 438 chambres, ajout d’une piscine et de restaurants ne sont quelques-unes des ­améliorations apportées.
L’un des plus gros atouts de l’hôtel était toutefois déjà là: l’omniprésence de la mer. En effet, le Royal Decameron longe la plage sur une distance 1,5 km et tout est construit parallèlement aux eaux claires du golfe de la Gonâve. Son autre atout a toujours été là, lui aussi: les beautés méconnues d’Haïti.
Une image à changer
Depuis cinq ans, le gouvernement haïtien multiplie les efforts pour ­remettre «la perle des Antilles» sur l’itinéraire des voyageurs et changer l’image du pays, dont on ne connaît souvent que les problèmes, ­nombreux et fortement médiatisés.
«On a tant à offrir, on a tant à ­montrer», assure la ministre du Tourisme Stéphanie Balmir Villedrouin, rencontrée au cours de ce voyage à la mi-février. «Je dis toujours: Haïti a les mêmes plages que la République ­dominicaine, les mêmes cascades que Cuba et la Jamaïque, mais notre valeur ajoutée, c’est sans aucun doute notre culture.»
Le mystérieux culte vaudou, qui fait partie de la vie de millions d’habitants; les couleurs éclatantes de l’art haïtien, dont on orne aussi les bus et les tap-tap (taxis collectifs); la ­gastronomie, que l’on déguste sous forme de cabri, de griot, de langoustes, de «bananes pesées» ou de «pain ­patate»; l’histoire tumultueuse d’«Ayiti», première colonie des Caraïbes­­ à s’être libérée de l’escla­vage à la fin du 18e siècle... Autant de pôles d’intérêt pour les touristes.
Par mornes et par vaux
Ceux qui logent sur la côte des ­Arcadins ont accès à plusieurs ­excursions d’une demi-journée pour découvrir les villages et les mornes (ou monts) de la région.
Parmi celles-ci: une randonnée de huit kilomètres jusqu’à Kay Piat. ­Accompagnés de guides locaux, on grimpe au milieu des bananiers, des arbres à pain (dits «arbres véritables») et des manguiers, croisant quelques villages et rencontrant beaucoup d’enfants. Au sommet, une halte au cœur d’une plantation de cresson permet de se rafraîchir dans des bassins d’eau de source.
Une seconde excursion propose plutôt une promenade sur les chemins de Montrouis, avec arrêt dans un marché de la ville, une promenade guidée dans la campagne et une ­petite incursion dans l’univers du vaudou haïtien. Celle-ci consiste à visiter­­ une résidence privée où l’on peut voir des ­autels consacrés à cette religion venue d’Afrique. La sortie se conclut par la visite du musée Ogier-Fombrun, installé dans une ancienne sucrerie, qui retrace l’histoire d’Haïti­­, de l’esclavage et de son abolition. Les quelques instruments de torture qui y sont ­exposés donnent froid dans le dos...
On peut aussi voguer sur les eaux translucides de l’Anse-à-Galets, aux abords de l’île de la Gonâve, au large du complexe hôtelier. Le jour de notre visite, l’eau était si claire et le sable si blanc que l’on pouvait voir les étoiles de mer depuis le bateau.
Le retour des touristes
Située entre la mer et les montagnes, la côte des Arcadins est ­parfois décrite comme le secret le mieux gardé des Caraïbes. Elle ne compte pour le moment qu’une poignée d’hôtels et le Royal Decameron est le seul à offrir (avec Transat) la formule tout-inclus si chère aux voyageurs de la Belle Province
Au cours de notre séjour, l’hôtel ­accueillait environ 80 vacanciers québécois, et davantage de touristes français, les uns sirotant des bières Prestige au bar, les autres profitant de la plage, des piscines ou de l’animation. L’arrivée d’une marque établie comme Decameron annonce-t-elle le retour des vacanciers en Haïti­­? C’est ce que souhaite en tout cas la ministre du Tourisme. «Il n’y a rien comme un touriste qui est là, qui est content, pour convaincre un autre touriste.»
 ESCALE À PORT-AU-PRINCE
Transat offre différents forfaits en Haïti. Outre la nouvelle ­option «tout-inclus», il est ­possible de réserver un séjour combinant plus d’une destination. Celui que nous avons ­testé comprend deux jours à Port-au-Prince et cinq jours sur la côte des Arcadins.
Le séjour dans la capitale ne déçoit pas, que ce soit la ­découverte du Marché en Fer, avec ses allées consacrées au vaudou ou à l’artisanat, la ­visite du musée historique ­Mupanah, situé tout près du lieu où se dressait le Palais présidentiel avant le tremblement de terre de 2010, ou ­encore la promenade à travers les rares maisons de type «pain d’épices», souvenirs de l’époque coloniale.
Mémorable également: les spectacles endiablés du groupe haïtien RAM à l’iconique et historique hôtel Oloffson les jeudis soir, la vue depuis ­l’observatoire Boutilliers (quand le ciel est dégagé) ou encore celle sur les maisons peintes de Jalousie à Pétion­ville, qui s’accrochent, pêle-mêle, au flanc de la montagne. Il y a aussi, à l’extérieur de la ­capitale, le tour de la distillerie de rhum Barbancourt et la ­halte à Noailles. Dans ce village d’artisans, on découvre l’art du «fer découpé», qui s’y pratique depuis les années 1950, et on repart avec des œuvres taillées dans le fer recyclé achetées dans de petites boutiques ou ateliers à ciel ouvert.
 TARIFS ET INFOS UTILES
Le duo comprenant cinq jours au Royal Decameron Indigo Beach Resort and Spa sur la côte des Arcadins et deux jours à Port-au-Prince à l’hôtel Karibe – un chic hôtel situé à Pétionville avec un immense jardin et une terrasse sur le toit – se vend à partir de 1399 $. Ce prix comprend les transferts et les visites à Port-au-Prince et les excursions sur la côte (à l’exception de la promenade en mer citée dans cet ­article).
Une semaine (sept nuits) en formule tout-inclus au Royal Decameron Indigo Beach Resort and Spa coûte à partir de 1299 $. Cet hôtel est classé 4 étoiles par Transat, compte trois restaurants, dont deux à la carte, deux piscines, dont une avec de l’animation, six bars et un spa. Les chambres sont petites, simples, rénovées et presque toutes ont une vue sur la mer.

SARAH
BERGERON-OUELLET - Source La Presse

Tags: 

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 4 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 5 mois ago