2eme Journée de Protestation: Les manifestants ont atteint le local du CEP

Publié
4 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
259 views
Time to
read
1’

La deuxième journée de protestation lancée, mercredi,  par l’organisation politique Fanmi Lavalas et  le G8 à travers sa table de mobilisation et d’autres partis politiques dont Pitit Dessalines et LAPEH a effectivement démarré le  samedi 5 décembre 2015, avec comme habitude la fusion de différents groupuscules venant de saint Martin, du Bel-Air et de Carrefour Péan, lieu mythique de rencontre pour les manifestants. Contrairement aux journées précédentes, la machine de la mobilisation a pu s’arrêter devant les locaux du CEP, à Pétion-ville.
Avec des refrains hostiles aux tenants du pouvoir en place et au CEP de Pierre Louis Opont, déterminé à achever un processus électoral ouvertement contesté par les différents candidats et partis politiques concernés au premier chef, rejoints dorénavant par plusieurs secteurs de la vie nationale, favorables à la création d’une commission  indépendante pour vérifier l’ensemble du processus.
A travers ces refrains déshonorants, organisateurs et militants rejettent d’un revers de main les allégations du nouvel ambassadeur des Etats-Unis en Haïti, Peter Mulren, relatives  à l’impossibilité que la rue influence les résultats des élections de 2015.
«La question des élections n’est plus de mise. Nous tout droit vers la mise en place d’un gouvernement de transition démocratiquement  populaire,  et non impérialiste», martèle David Oxygène du MOLEGHAF, rappelant l’expérience d’une transition impérialiste en 2014 avec Boniface Alexandre et Gérard Latortue.
«Nous irons vers le CEP pour leur dire halte-là, il n’y aura pas d’élection le 27 décembre», ajoute Rony Timothée mettant en défi l’ambassadeur Mulren d’appliquer ses allégations, et tirant à boulets rouges sur le premier ministre Evans Paul, accusé de vouloir instaurer des pratiques dictatoriales contre lesquelles il avait dans le temps lutté et connu la torture et la prison.
La manif’ qu’on croyait être en perte de vitesse au départ, a été renforcée à Nazon et à Delmas 48 avec la présence d’Éric Jean Baptiste du G8 qui laisse entendre qu’il s’affiche pacifiquement  pour défendre sa position. «Leshaïtiensont le droit de choisir les moyens pacifiques pour exprimer ses position et défendre ses droits légitimes», a-t-il fait savoir.
La candidate de FanmiLavalas, le docteur Maryse Narcisse et d’autres figures politiques dont Mathias Pierre, AssadeVolcy, Alfred Micanord ont été remarqués dans cette manif’ qui a atteint l’objectif de livrer le message de l’opposition démocratique devant le bâtiment du conseil électoral provisoire (CEP) àPétion-ville. Une réussite totale pour les organisateurs qui devaient à chaque fois appeler au stricterespectde la journée de grèvelancée pour le lundi 7 décembre 2015. Ce que les militants appellent «la vitesse 2», sera mise en applicationà partir de cette grève.
Des jets de pierre lancés sur les manifestants au niveau de la rue Gabart à Pétion-ville ont provoqué la cassure de pare-brises de plusieurs véhicules stationnés au bord de la route. La police a fait usage du camion-citerne pour contrôler la situation. Les manifestants ont donc redescendu par l’avenue panaméricaine pour atteindre Lalue pacifiquement.
Evens PIERRE-LOUIS hpn

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 7 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 7 mois ago