Retour au Kenya de Barack Obama, sur la terre de ses ancêtres

Publié
4 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
386 views
Time to
read
1’

Pas moins de 800 agents du Secret Service, le département chargé de la sécurité présidentielle, vont être dépêchés dans la capitale kényane, Nairobi, pendant toute la durée du voyage. Ils seront appuyés par près de 2.000 autres officiers locaux affectés à la protection de sa délégation. Sans compter les quelque 10.000 agents de police locaux qui superviseront le trafic et le contrôle de la foule. Tout ce qui touche à l'emploi du temps et à l'itinéraire de Barack Obama ne sera rendu public qu'après son arrivée sur le sol kényan.Les familles vivant dans la rue ont été évacuées et un grand coup de neuf a été donné à la ville. Le centre commercial Westgate de Nairobi a même rouvert ses portes samedi dernier, deux ans après le carnage perpétré par les shebab qui avait coûté la vie à 67 personnes. Le Kenya subit régulièrement les assauts meurtriers de ces islamistes radicaux venus de la Somalie voisine. En 1998, c'est Al-Qaïda qui avait revendiqué l'attentat au camion piégé contre l'ambassade américaine de Nairobi, qui avait fait 213 morts. Les États-Unis ont d'ailleurs appelé leurs ressortissants à redoubler de vigilance, face à un risque accru d'attaques terroristes à l'occasion de cette visite présidentielle."Coopération rapprochée"Dans une allocution télévisée, le président kényan Uhuru Kenyatta a rappelé mercredi la menace que représentaient les shebab somaliens. "Notre pays a enduré les attaques de criminels pervers et idéologiques", a-t-il lancé. "Nous les avons combattus sans relâche et ils savent, comme nous, qu'ils vont perdre". Le président a également rappelé la "coopération rapprochée" entre le Kenya et les Etats-Unis dans la lutte contre les shebab en Somalie : le Kenya y est engagé militairement, dans une force de l'Union africaine, l'Amisom, tandis que les Etats-Unis combattent les islamistes à partir de leur base de Djibouti, essentiellement via des frappes aériennes.La question sera "centrale" durant l'entretien des deux dirigeants, a également affirmé Uhuru Kenyatta.Une limousine surnommée "la Bête"Pendant son séjour, Barack Obama voyagera dans une limousine surnommée "la Bête", conçue pour résister aux bombes. La voiture est une forteresse roulante à 1,5 million de dollars avec ses plaques d'acier, ses épaisses vitres blindées, ses pneus renforcés au kevlar et les poches de sang présidentiel dans le coffre. "La Bête" est un des 60 véhicules composant la flotte présidentielle pour la visite, selon le quotidien The Standard.Ce déplacement au Kenya s'inscrit dans la troisième tournée en Afrique de Barack Obama depuis qu'il est entré à la Maison-Blanche. S'il a visité l'Indonésie en 2011, pays où il a vécu enfant, il n'était jamais venu en tant que président sur la terre natale de son père, un Kenya qu'il avait lui-même qualifié dès 2006, en tant que sénateur, de pays "rongé par la corruption". La Maison-Blanche a d'ores et déjà annoncé que le Président ne pourra se rendre "dans le village paternel", à Kogelo, dans l'ouest du Kenya.
Karen Lajon - Le Journal du Dimanche source lejdd

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 7 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 7 mois ago