Marchand Dessalines: Le gang « Sakalakawèl » terrorise la population

Publié
4 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
234 views
Time to
read
2’

A Laraque, une localité de Fossé Naboth (2e section communale de Marchand Dessalines, dans le bas Artibonite), des bandits lourdement armés de la localité voisine, Fabias, opérant sous le label de Sakalakawèl, tuent, sèment la terreur et terrorisent la population, selon des témoignages recueillis par l’agence en ligne AlterPresse.Le vendredi 3 avril 2015, l’un de ces bandits armés, aidé de ses acolytes, aurait été l’auteur de l’assassinat par balles de Wildens Agneau Moïse, un jeune de 23 ans, originaire de Laraque, en classe Terminale I (rhéto) aux Gonaïves, chef-lieu du département de l’Artibonite.Ce jeune rendait visite à sa famille pour la fête de Pâques, quand il aurait rencontré ces individus en conflit avec les siens depuis plusieurs années.« Le bandit Déroulé Izmenor a commis cet acte pour se venger de son emprisonnement pour avoir blessé sévèrement, avec un tesson de bouteille, l’ancien président du Conseil d’administration de la section communale (Casec) de Laraque, Joseph Wilder Moise (qui est aussi oncle de la victime) », soutient l’un des témoins de l’assassinat du 3 avril 2015, Bénicé Moise, entre les mains de qui la victime a rendu l’âme suite à ses blessures.Tout en réclamant justice pour son neveu, Bénicé Moïse dénonce les menaces de mort, dont il affirme être l’objet de la part des bandits armés, ajoutant avoir entrepris des démarches en vue de l’arrestation de l’auteur du crime du 3 avril 2015.Le dimanche des Pâques, les agents de l’Unité départementale pour le maintien d’ordre (Udmo) dans l’Artibonite sont intervenus dans la localité de Fabias, où ils ont appréhendé au moins 5 individus qui seraient membres de Sakalakawèl.« Les auteurs et co-auteurs du crime ont déserté la zone au moment de cette intervention policière. Mais, depuis le départ de la police, ces bandits armés continuent de menacer notre famille et les habitants de Laraque, mécontents de leurs actes », affirme Bénicé Moïse.Le groupe armé dénommé Sakalakawèl, dirigé par Polda Petimé, un des bandits graciés en décembre 2014 par le président de la république Joseph Michel Martelly, aurait menacé d’empêcher l’organisation des funérailles du jeune Wildens Agneau Moïse, prévues pour le samedi 11 avril 2015.Polda Petimé, qui aurait été présent lors de l’assassinat de Agneau Moïse, aurait aussi pointé son arme sur Benicé Moise, qui suppliait d’épargner son neveu.« Les bandits armés ont promis de prendre le cadavre de la victime le jour des funérailles », indique Bénicé Moise, professeur dans une école presbytérale à Fabias.Après avoir dressé un procès-verbal de constat, le juge de paix titulaire de la zone, Bergame Clerjuste, a ordonné la levée du corps sans vie de la victime, qui a été transporté à la morgue publique de l’Hôpital Saint-Nicolas de Saint-Marc.« L’assassinat du 3 avril 2015 a créé une situation de panique. Craignant d’éventuelles attaques des bandits armés de la localité voisine, Fabias, les habitantes et habitants de la localité de Laraque commencent à fuir pour se refugier en d’autres endroits du bas Artibonite », alerte le président du Conseil d’administration de la 2e section communale (Casec), de Fossé Naboth, Alix Jean.« Pour empêcher un éventuel affrontement entre les habitants de ces deux localités, se trouvant dans une même section communale, des démarches sont en cours en vue d’organiser une rencontre entre les représentants de ces localités pour leur convaincre sur la nécessité de faire la paix », annonce le Casec de la zone.Des représentants de la Police nationale d’Haïti (Pnh) et de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) pourraient participer à cette réunion, prévue avant la fin de cette semaine.
Alter Presse

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 5 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 5 mois ago