Corruption: Haïti au centre des accusations de corruption portées contre le sénateur Félix Bautista dans son pays

Publié
4 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
503 views
Time to
read
2’

Dans le cadre du procès pour corruption  intenté contre   le sénateur dominicain  Felix Bautista, ce marchand tailleur devenu multimillionnaire en quelques années, le ministère public  a fait savoir que les fonds utilisés par la firme ROFI SRL pour construire des complexes d'appartements  dans la ville de Santiago  proviennent du trésor publicL'avocat de Monsieur Bautista a fait savoir que l'origine légale des fonds utilisés  pour acquérir le terrain ayant servi à la  construction des  appartements  est inattaquable. "Les ressources ayant servi à acquérir le terrain et à la construction des appartements proviennent des bénéfices des travaux de construction de la firme  Rofi Hadom, propriété du sénateur Felix Bautista, dans le cadre  d'exécution de projets  en Haïti », a déclaré l'avocat, Marino Feliz.En effet,, en Haïti, plusieurs  personnalités dont le sénateur Steven Benoit ont récemment  fait savoir que plus de 350 millions de dollars ont été versés au sénateur qui compteraient de nombreux amis en Haïti, parmi d'anciens et d'actuels dirigeants.Si ces millions ont été versés au sénateur, par contre, on ne voit jusqu'ici pas les traces des travaux que sa firme était censé réaliser, dont la construction du Parlement haïtien.Le sénateur Benoit s'est appuyé sur rapport de l'ancien premier ministre Garry Conille  qui avait clairement démontré que les firmes du sénateur dominicain n’étaient pas qualifiées, en référence aux critères des cinq (5) années d’expérience requises, pour obtenir  des contrats d’exécution de projets en Haïti.Mais Bautista n'est pas n'importe qui: c'est l'ami personnel de l'ancien président Léonel Fernández et d'anciens et actuels dignitaires haïtiens. L’homme est considéré comme le principal collecteur de fonds pour l’ancien président Fernández qui voudrait briguer un nouveau mandat, d' où l’importance politique du dossier en cours.Bautista est aussi accusé de mettre sur pied un important réseau de blanchiment d’argent dont les fonds proviennent de l’Etat, particulièrement à travers des grands chantiers de construction. Catapulté au sénat (1996-2000) il déclara des avoirs pour un montant de 500 mille pesos.Selon le Ministère public, entre 2005 et 2009 quand son salaire était seulement de 59,000 pesos (44 x US$1) au moment d' occuper le poste de directeur de l' office de supervision des chantiers de l' Etat, Baustita a fait des opérations financières  pour 315 millions de pesos a la banque de réserves et de plus de 3 millions a Banque du progrès.A son 2ème mandat au sénat en 2010 il déclara des avoirs pour un montant de 16 millions de pesos. Et en 2012, il admet publiquement à la presse être un multimillionnaire.Le bureau du commissaire du gouvernement a pu identifier 40 entreprises et immeubles  ainsi que des opérations bancaires pour plus de 25 milliards de pesos, pour  constituer le chef d’accusation. Sont également versées  au dossier des transactions financières issues d’entreprises bidon ou réelles, installées en Haïti où le sénateur est accusé d'implication dans une vaste escroquerie au détriment de l' Etat sous couvert d'opérations humanitaires, qui pourraient également   éclabousser des personnalités haïtiennes  Cet aspect de l' accusation a été rejeté  par les  avocats de l' accusé qui soulignent l' inexistence de plainte légale des autorités haïtiennes contre Bautista.La procureure anti-corruption Laura Pelletier considère le réseau créé par Bautista comme la structure de corruption contre l’Etat dominicain, la plus puissante mise en place jusqu' à date. Pour mieux protéger ses biens, le sénateur a formé ses entreprises avec des personnes ayant avec lui  des liens sentimentaux ou de travail, y compris chauffeurs et concierges.Cependant, les analystes les plus avisés de la politique dominicaine sont  quelque peu pessimistes quant à une juste conclusion  pour la société dominicaine, de cet important dossier en raison du fait que l’appareil judiciaire dominicain  est dominé par des proches de Léonel Fernandez. On affirme que même en Haïti, d'anciens dirigeants ont fait nommer à des postes clés, des proches qui seraient capables  d'occulter certains dossiers sensibles susceptibles de gâcher leur futur politique.
 
ahp

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 8 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 9 mois ago