Lancement du comité d’initiative de remémoration du centenaire de l’occupation américaine de 1915

Publié
5 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
197 views
Time to
read
2’

La Société haïtienne d’histoire, de géographie et de géologie (Shhgg) a procédé, le 30 juillet, au lancement d’un comité d’initiative de remémoration du centenaire de l’occupation américaine d’Haïti en 2015.
Ce comité est formé de près d’une dizaine d’institutions dont la Shhgg, l’université d’Etat d’ Haïti (Ueh), l’Université Quisqueya, la Fondation connaissance et liberté (Fokal) les Fondations Roger Gaillard (Forg) et Unibank.
Le travail de ce comité consiste à provoquer la réflexion, la discussion et la prise de décisions sur cet événement, indique le président de la Shhgg, Michel Hector, deux jours après le 99e anniversaire de l’occupation américaine d’Haïti (28 juillet 1915-28 juillet 2014).
Hector souhaite une prise de conscience de l’ensemble de la société et de l’Etat sur l’importance de la date du 28 juillet pour le destin du pays.
Le 28 juillet 2015 ramènera les 100 ans du débarquement des soldats américains sur le territoire national. Cette occupation américaine d’Haïti a duré 19 ans (1915-1934).
Elle a pesé sur la destinée du pays pendant tout le XXe siècle et influencé beaucoup d’institutions, explique le professeur d’histoire.
A l’occasion de cette remémoration, la Shhgg prévoit une série d’activités culturelles et publiques pour rappeler à la population ce qui s’est passé dans l’histoire du pays depuis l’occupation.
Suite à des résolutions, un comité exécutif va travailler sur un chronogramme d’activités détaillées liées à cette remémoration.
« Nous souhaitons que, dans ce travail de mémoire, la population ait cette possibilité de souvenir », espère le président de la Shhgg.
Ce serait « dur » que ce travail de mémoire soit noyé dans d’autres activités, met-il en garde, espérant, dit-il, qu’il n’y aura pas de carnaval des fleurs, fixé au 28 juillet 2015.
A côté de ce travail de mémoire « fondamental », il y a aussi un travail d’histoire à faire, avance, pour sa part, le vice-président de la Shhgg, Pierre Buteau.
L’historien doit donner « un présent » à chaque moment passé dans l’histoire, indique t-il, regrettant que le 28 juillet 1915 ne soit pas assez présent dans la mémoire haïtienne.
Ce travail de mémoire entend aussi honorer les nombreuses personnes qui sont mortes en résistant contre l’occupation américaine, rappelle t-il.
Haïti ne jouit pas jusqu’à présent de toute sa souveraineté notamment au niveau politique, économique et culturel, dénonce le secrétaire de la Shhgg, Watson Denis, croyant qu’il est important d’aller trouver tous les secteurs de la vie nationale pour construire le futur du pays.
Cette activité de remémoration entre dans le cadre d’une lutte pour recouvrer la souveraineté nationale comme c’était le cas à un moment donné de « notre histoire », fait-il savoir.
« Le comité d’initiative aura, entre autres, pour devoir de contacter d’autres associations et des mouvements de jeunes pour élargir le travail. C’est un travail de conscientisation, d’information et de mobilisation sur notre présent, notre histoire et la manière de construire une Haïti meilleure », souligne encore Watson Denis.
Par ailleurs, une année de mobilisation est projetée également par le Pati kan pèp la contre l’occupation actuelle, incarnée physiquement par les forces militaires des Nations Unies
Alter Presse

Tags: 

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 6 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 6 mois ago