Martelly courtise les « baz »

Publié
5 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
484 views
Time to
read
1’

 Ce dimanche 8 juin 2014, à Poste-Marchand, le président Michel Joseph Martelly, en mode séduction, a procédé à la distribution de maillots des sélections brésilienne et argentine de football. Le chef de l’Etat, arrivé au volant d’un véhicule tout-terrain Polaris, a dans un premier temps été dirigé dans ce quartier par Amasalah, l’un de ses partisans et leader dans la zone. D’autres ont brandi des petits posters de Michel Martelly. Dans ce quartier populeux, Martelly a rendu visite à « Baz ti chif », a constaté un photographe du journal. La visite du président n’a pas suscité l’enthousiasme de tous. Ensuite, le chef de l’Etat a visité la construction d’un marché. Il a discuté avec des personnes âgées qui semblent avoir un contact facile. En revanche, Michel Joseph Martelly, a constaté le journal, ne s’est pas rendu à Fort National où des habitants étaient hostiles à sa visite. A Delmas 73, Delmas 95, Martelly a distribué des maillots, des ballons de football et des enveloppes de 200 gourdes, a-t-on rapporté au journal. Il avait également fait escale à Munchezz restaurant, à la rue Panaméricaine, à Pétion-Ville dimanche après-midi. La veille, dans les Nippes, pendant un rassemblement, des citoyens ont exprimé leurs griefs  en présence de Michel Joseph Martelly. Piqué à vif, Martelly a rembarré ces voix contestatrices.  Il a dit que le moment n’est pas aux manifestations, mais à la construction. Plus loin, il a indiqué que ces contestataires, des « chimères », peuvent toujours manifester, casser pour qu’ils se fassent arrêter. Michel Martelly a décoché de nouvelles flèches contre ses adversaires. Des gens qui ne travaillent pas pour le pays, contrairement au Premier ministre Laurent Salvador Lamothe, son dauphin, qu’il présente comme un rude travailleur, un homme dynamiqueIl y a quelques jours, à Aquin, Michel Martelly a tenté de mettre à mal le député Fritz Gérald Bourjolly face à ses mandants. Bourjolly, a expliqué Martelly, est un ami qu’il n’a pas vu depuis 2 ans et  qui ne le défend pas quand il est attaqué. Lors de cette intervention, le chef de l’Etat, probablement agacé par les multiples questions du journaliste Germain Etienne de Scoop FM, a dit à ce dernier de louer une maison et d’habiter avec lui. Comme ça, a indiqué Martelly, ils pourront coucher sur le même lit et le journaliste aurait le loisir de lui poser toutes les questions.Certains ont estimé cette allusion déplacée, inacceptable et immorale.
Roberson Alphonse Source: Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 8 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 9 mois ago