Haiti entre progrès et corruption, croit l Ambassadeur White

Publié
6 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
200 views
Time to
read
2’

À l’occasion de la célébration du 237ème anniversaire de l’Indépendance des États-Unis, ce jeudi 4 juillet 2013, l’Ambassadeur américain accréditée en Haïti, Mme Pamela White a indiqué avoir constaté de nombreux progrès en Haïti, quoique la problématique de la corruption fasse encore l’actualité dans le pays, a constaté sur place un reporter de Haiti Press Network.Il a fallu passer quelques heures chez l’ambassadeur américain, dans un espace qui ne ressemble nullement à Haïti quoique sur le sol haïtien, pour essayer de comprendre, à travers un discours corsé prononcé en anglais, duquel la diplomate américaine a dressé un état des lieux, la position d’Haïti aujourd’hui, malgré que le constat de la misère noire est d’une évidence incontestable.« Je connais que tout n’est pas parfait en Haïti. Je connais qu’il y beaucoup de corruptions en Haïti. Je sais qu’Haïti a besoin d’augmenter l’accès aux soins de santé et à une meilleure éducation. Je sais qu’il y a beaucoup de personnes qui connaissent l’insécurité alimentaire. Haïti devra également développer les entreprises privées et permettre la création de plus d’emplois. Oui, j’admets qu’il y a de sérieux problèmes qui doivent être résolus », a déclaré Mme White.Cependant, elle dit toutefois reconnaître, les progrès qu’a connus le pays ces derniers temps dans plusieurs domaines.« Je sais, poursuit-elle, que 325 000 âmes vivent encore sous les tentes de fortune, mais je vois 1.2 millions de personnes qui ne sont plus sous les tentes. Quelques personnes voient Haïti comme un pays où il y a l’analphabétisme, entre-temps moi je vois plus d’un million de nouveaux enfants qui ont été à l’école l’année dernière. Plus de 80 % de jeunes de ce pays ont maintenant accès à l’éducation pour la première fois depuis des décennies. »Tout en reconnaissant le support d’Haïti à la bataille du 4 juillet 1776 contre les Anglais à Savannah, la chargée de la diplomatie américaine en Haïti a souligné par ailleurs, que la force de vivre du citoyen haïtien se réside en la fierté de son histoire de peuple.L’ambassadeur Pamela White en a fait ces déclarations, lors d’une cérémonie festive organisée en sa résidence mercredi soir, en présence du Premier ministre Laurent Salvador Lamothe, du président de l’Assemblée nationale, Dieuseul Simon Desras, des membres du gouvernement et du Corps diplomatique, des parlementaires, des membres du secteur privé des affaires et de la société civile.Pour sa part, le chef du gouvernement Laurent Lamothe a, dans ses propos de circonstance prononcés malheureusement, en grande partie en anglais, remercié l’Ambassadeur White pour l’excellente qualité des relations qui, précise-t-il, existent entre Haïti et le plus ancien partenaire du monde qui sont les États-Unis.« Ma présence ici ce soir manifeste la volonté inébranlable du gouvernement haïtien de travailler en étroite collaboration avec les États-Unis d’Amérique pour assurer la consolidation de l’État de droit en Haïti, reconstruire notre pays sur des bases solides et paver définitivement la voie du développement, du progrès et de l’inclusion sociale », a martelé le chef de la Primature, avant de formuler ses vœux de paix, de bonheur et de prospérité à l’endroit du président américain, Barak Obama et d’autres personnalités américaines.De son côté, le président de l’Assemblée nationale, Dieuseul Simon Desras a mis l’accent sur la présence haïtienne à Savannah en 1776 comme, a-t-il souligné, elle aura été dans d’autres lieux. Selon le parlementaire, ce fut tout simplement, un devoir haïtien de participer à l’émancipation de la race humaine.« Nous gardons cette contribution pour toujours nous sentir concernés partout où sévit l’oppression. Les Américains et les Haïtiens ont un point commun. Ils aiment l’histoire de la lutte qui a conduit les deux pays à l’Indépendance. Parce que dans les deux cas, c’est l’histoire d’une lutte pour des principes, d’un sacrifice qui donne à réfléchir à toutes les générations successives », a déclaré en substance M. Desras.Sous un ciel clément et étoilé où les invités se sentaient au comble de leur félicité, l’ambassadeur Pamela White a mis à la cérémonie par des tirs de feu-d’artifice et au rythme du Jazz, dont les notes ont été exécutées avec maestria par des musiciens haïtiens et étrangers.Texte : Alix Laroche

Tags: 

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 6 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 7 mois ago