Grace Présidentielle: Réactions

Publié
6 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
290 views
Time to
read
1’

Sur rapport du ministre de la justice et de la sécurité publique, le président Michel Martelly a accordé sa grâce pleine et entière à une centaine de condamnés de droit commun , informe un communiqué du MJSP. 
Parmi les bénéficiaires de cette grâce présidentielle figurent 4 femmes qui avaient été condamnées à perpétuité. Elles ont vu leur peine réduite à 15 ans.
Le ministère de la justice indique que cette décision est prise sur la base des articles 136, 145 et 146 de la constitution et de la loi du 24 septembre 1860 modifiée par celle du 26 juillet 1906 sur l’exercice du droit de grâce et de commutation de peine. 
24 personnes ont été graciées au Pénitencier National, le plus grand centre carcéral du pays. 21 pour la juridiction de Mirebalais, 11 à Saint-Marc, 9 au Cap-Haïtien, 7 à la Croix-des-Bouquets, 6 aux Gonaïves, 5 à Petit-Goave, 4 à Hinche, 3 à Anse-à-Veau, à Port-de-Paix et à Carrefour, 2 aux Cayes et une personne à Fort-Liberté comme à Jacmel.
Le ministre de la justice et de la sécurité publique Me Jean Renel Sanon informe que la décision du président Martelly participe de sa volonté d`intensifier la lutte contre la détention préventive prolongée sur tout le territoire dans le cadre de l’implémentation de la politique de l’Etat de droit prônée par le gouvernement.
Me Sanon soutient que l`administration du président Martelly est préoccupée par les mauvaises conditions de détention dans les centres carcéraux mais assure que des dispositions sont en train d`être prises pour remédier à la situation.
Le Comité des Avocats pour le Respect des Libertés Individuelles (Carli) qui a redit ses inquiétudes quant au mauvais fonctionnement du système carcéral haïtien, salue toutefois la décision du président de gracier les prisonniers.
Son secrétaire exécutif Renan Hédouville pointe du doigt deux des principaux fléaux qui, selon lui, paralysent le fonctionnement du système carcéral : La détention préventive prolongée et les arrestations arbitraires 
Le secrétaire exécutif de la Plateforme des Organisations Haïtiennes de Droits Humains (POHDH), Anthonal Mortimé s`est de son côté montré préoccupé par la décision du président Michel Martelly. 
Il dit craindre qu`il ne s'agisse d`une manœuvre du président Martelly pour libérer certains proches du régime. AHP

Tags: 

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 6 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 7 mois ago