Jacmel : les tentacules du monstre de la mort s’étendent sur Jacmel ...

Publié
7 années ago
Dernière mise à jour
2 années ago
287 views
Time to
read
2’

Dans la matinée de ce dimanche 18 Novembre, soit quelques heures après l’assassinat de l’ingénieur-agronome Jean Mary Patrice Etienne et de l’enlèvement de Johim Maxi, neveu de trois ans de la victime, plusieurs centaines de personnes ont manifesté leur colère face à la montée de l’insécurité à Jacmel.
La manifestation a démarré sous l’initiative des jeunes de la rue du Créac, berceau de la victime, puis, peu à peu, sa fièvre a contaminé la ville entière. L’artère principale de Jacmel, la Barranquilla, a été parsemée de barricades de pneus enflammées. D’autres rues comme Isaac Pardo, Alcius Charmant etc. ont été barricadées avec de grosses pierres, des morceaux de planches et des troncs d’arbres. Cette manifestation est la deuxième en son genre mais première par la rage traversant la populace. Depuis deux mois environ la ville vit sous l’emprise d’une panique suffoquant évoluant selon les caprices des gangsters et le nombre de cambriolages, de viols d’assassinat recensé. Les ainés affirment dans la presse que c’est la première fois que Jacmel connait cette vague d’insécurité. Dans une émission de débats organisée à la radio diffusion évangélique Hosanna FM dont l’invité fut le journaliste directeur du Journal Le Matin, Daly Valet, un intervenant a mis une grande partie de cette insécurité sur le compte du centre semi autonome de l’électricité de Jacmel (CSAEJ), parce que selon lui la majorité de ces actes ont eu lieu peu après deux heures du matin, heure à laquelle le CSAEJ cesse d’alimenter en électricité la ville. ‘’Nous avons l’impression que les gangsters s’abritent derrière la porte de leur famille attendant avidement deux heures pour attaquer ‘’ a déclaré cet homme, qui n’a pas décliné son identité pour sa sécurité, selon ses propres mots. ‘’L’insécurité constatée à Jacmel traduit les faiblesses de la police nationale et l’indifférence de l’administration Martelly Lamothe ‘’ soutient Jean, un jeune de la rue de la Ravine. ‘’Le pays évolue sous l’emprise des bandits et des vagabonds puisque, lors des dernières élections, le peuple lui-même a dit vouloir choisir un vagabond comme chef.’’ A commenté un manifestant. ‘’L’insécurité a frappé aux Cayes-Jacmel également des bandits armés ont blessé par balles de paisibles citoyens le vendredi 16 Novembre. L’insécurité sévissant à Jacmel impose un doute sur l’avenir de l’économie touristique envisagé pour cette région naturellement paradisiaque.’’ A relaté Gédéon Aspervil, un habitant de Jacmel. L’administration Martelly-Lamothe a initié un vaste chantier destinant à renforcer les infrastructures nécessaires au développement de l’industrie touritique en soi, ignorant bêtement que le Tourisme est la résultante du bon fonctionnement des autres secteurs de la vie socio-économique d’un pays. Quand tous les secteurs essentiels fondamentaux d’une société fonctionnement bien le Tourisme se développe automatiquement. La compétence de l’actuel directeur départemental de la Police pour stopper les bandits dans le sud-est a été mise en doute par les manifestants. Notons que le secteur des affaires, l’intelligentsia de Jacmel, les élus du sud-est restent jusqu'à présent stupéfaits et tétanisés face à ce Banda macabre que les bandits invitent la population à danser avec eux.
Par Pierre-Paul Ancion
Source: Bon Zouti

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 11 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 11 mois ago