La Synthèse de l’entretien de Gabriel Fortuné au Journaliste de Radio Caraïbes FM

Publié
7 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
290 views
Time to
read
2’

Dans la `matinée du jeudi 13 Septembre 2012, l’ancien sénateur et l’ex délégué de l’Exécutif dans le Sud, Gabriel Fortuné,  a eu un entretien chaleureux avec Patrick, le journaliste de Radio Caraïbes FM.  
Il a dénoncé, ex professo, la corruption et l’incompétence qui s’érigent en règle dans le pays et l’ingratitude outre mesure du Président Joseph Michel Martelly envers une ville qui a utilisé la violence aveugle pour imposer sa présidence à la nation haïtienne.  Voici un extrait, pêle-mêle, de quelques points forts de cette entrevue :
 
-         J’ai accepté la fonction de Délégué du Sud, parce que le Président m’a personnellement promis de faire quelque chose pour la ville des Cayes en raison de leur manifestation de soutien en sa faveur, lors des récentes joutes présidentielles.  Malheureusement,  le président n’a pas tenu sa promesse, bluffe et dirige très mal le pays…
-         La présidence de Martelly est l’expression de la faillite des élites du pays, l’expression de la faillite de toutes les structures du pays, l’expression d’une crise sociétale aigüe…
-         Le Président utilise la corruption comme cheval de bataille politique, comme technique de gestion gouvernementale.
-         Nous avons affaire à un gouvernement qui a en horreur la compétence, un gouvernement sans vision, sans plan…
-         Le peuple a voté Martelly pour clamer son ras-le-bol des politiciens qui ont contribué à la déliquescence de l’État haïtien, au délabrement du pays.  Mais, ce Président, déjà, a fait pis que ces prédécesseurs.
-         En ce qui a trait au mauvais moment qu’a connu aux Cayes, sa ville natale, le Secrétaire d’État à la communication, Guyler Delva, il a abondé en ces termes :
Effectivement, Mr. Delva était dans la ville où il essayait de défendre les intérêts du gouvernement Martelly-Lamothe, défendre l’indéfendable au cours d’une émission télévisée très prisée de Télé Karamel.  Une foule compacte voulait faire irruption au studio de la télévision, et n’était-ce mon intervention et la vigilance des membres du corps de la police, Dieu seul sait ce qui lui arriverait…
« Oui, j’ai vu personnellement Delva distribuer de l’argent à des particuliers dans la ville des cayes.  Je n’en connais pas encore le motif.  Néanmoins, il est bruit que le Secrétaire d’État aurait été dépêché par le Président Martelly – à grand renfort d’argent – en vue non seulement de faire échec au  mouvement de grève générale que nous décrétons le jeudi 13 sept. 12, mais encore et surtout contrer toute éventuelle manifestation de protestation que nous envisagerons contre son gouvernement dans le future.
-         c’est bien malheureux que le Président entre déjà tête baissée dans la poubelle de l’histoire, alors qu’il avait toute la latitude nécessaire pour être un héros.
-         En conclusion, s’est-il exclamé, le Président est têtu (‘‘comme un âne’’), et inchangeable.  Le peu que nous puissions faire, à trois ans de l’échéance de son mandat, c’est de préparer l’alternative, pour éviter au pays de continuer à sombrer dans l’abîme. 
A mon humble sens (là, c’est moi qui parle), nous y sommes, déjà, jusqu’au cou et que l’irréparable est presque irréversible !
PS. Ces propos plus hauts mentionnés ont été exclusivement tenus, ce jeudi, sur les ondes de Radio Caraïbes FM, par l’ancien Sénateur et l’ex Délégué du Sud, Gabriel Fortuné.  Je ne fais que les transcrire, pour votre édification.  Merci pour votre compréhension coutumière ! Jorel J. Baptiste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 9 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 9 mois ago