Table ronde sur la journée internationale du jazz

Publié
7 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
283 views
Time to
read
2’

Haïti, n’a pas raté l’occasion de célébrer la Journée internationale du jazz le 30 avril dernier. Une table ronde a été organisée par la Fondation Haïti jazz et Haïti jazz club, sur l’avenir du « Kreyol jazz ». Etaient présents pour parler de cette journée du jazz, Pierre Boncy, Roland Léonard, Hubert Pierre, Turgot Théodat, Réginald Policard, Joël Widmaier et Claude Carré. Ils étaient rassemblés autour d’une table. Il n’y avait pas beaucoup de monde. Mais c’était instructif de savoir sur le plan mondial qu’il y a un genre qui fait du chemin dans le monde musical. Point besoin de vous dire que depuis 2006, il y a un festival de jazz de Port-au-Prince qui rassemble beaucoup de professionnels haïtiens et étrangers, pour le bonheur des mélomanes. Les panélistes avaient chacun, dix minutes pour parler du jazz et de son expérience dans cette aventure. C’est le musicien Claude Carré qui a eu l’honneur de parler de cette discipline musicale. Il avait beaucoup à dire, mais le temps était trop si court. M. Carré a fait un peu l’historique du jazz qui a pris naissance parmi les nègres créoles de la Nouvelle Orléans. Une musique d’origine créole a indiqué le musicien, qui est devenue un langage universel. Mais avec le temps, le jazz commence à changer, en traversant les périodes, à partir du moment qu’il est joué dans d’autres villes comme New York et Chicago, explique le musicien. Plus loin, il a tenté de faire une comparaison. Les panélistes sont unanimes à dire qu’on a commencé à parler du jazz en Haïti. Avant que les occupants américains aient voulu imposer cette musique avec l’intention de faire obstacle à notre propre culture. Le journaliste Roland Léonard a fait remarquer que plusieurs grands noms du jazz américain, sont d’origine haïtienne venus de l’arrière pays comme Port-de-Paix par exemple. Des musiciens haïtiens comme Issa El Saied, Guy Durosier, Herby Widmaier sont des pionniers du jazz en Haïti. Pierre Boncy, a soulevé le problème de diffusion de cette musique en Haïti. Est-ce que ce genre de musique à de l’écoute ? Il y a seulement quatre stations de radio qui se fait un plaisir de vendre cette musique pendant environ une heure par jour, ce n’est pas assez dit-il. Mais, M. Boncy se dit encouragé lorsqu’il constate que des jeunes s’intéressent au jazz. Il a fait remarquer aussi un manque de librairies et de disquaires spécialisés dans ce domaine. En ce qui concerne les concerts, il regrette que nous dépendions toujours des entités internationales, dont l’institut Français d’Haïti et l’ambassade des États-Unis qui ne se soucient pas vraiment de préparer un calendrier du jazz. M. Boncy a réalisé un panorama en relevant des noms qui ont d’une manière ou d’une autre relevé le niveau du jazz en Haïti, tel que Issa El Saied, Gérald Merceron, Herby Widmaier, Frantz Courtois, Mushi Widmaier, Jean Caze, Eddy Prophète, Claude Carré, le groupe Foula, etc.
Walter Cameau[email protected] Source: Le Matin

Tags: 

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 4 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 5 mois ago