L'école nationale Charles Lassègue et l'hôpital de l'OFATMA bientôt en chantier

Publié
7 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
391 views
Time to
read
4’

Une délégation présidentielle pilotée par le chef de l'Etat, Michel Martelly, a visité la ville des Cayes métropole du Sud le dimanche 18 décembre 2011 pour rencontrer les autorités et la population de la troisième ville du pays à l'occasion des fêtes de fin d'année. Au cours de cette visite, le président de la République a procédé à la pose de la première pierre pour la reconstruction de l'école nationale Charles Lassègue, la première de la ville. Fondée en 1939, l'école nationale Charles Lassègue a connu plusieurs adresses et a formé bon nombre d'enfants qui se sont par la suite révélé des personnalités importantes pour la ville et le pays. Parmi ces personnalités, il convient de citer l'actuel délégué du département du Sud et ancien parlementaire, M. Gabriel Fortuné. La dernière adresse de cette institution qui a formé plusieurs générations est celle de la rue du Quai où pendant plus d'une vingtaine d'années elle occupait une maison louée par l'Etat haïtien. Pendant un certain temps, professeurs et élèves ont joui du calme de cette bâtisse caressée à longueur de journée par le vent de la mer qui se trouve à un jet de pierre de l'enceinte de l'établissement. Malheureusement, le poids des ans avait fini par terrasser la vieille construction qui logeait cette école nationale. Face à cette situation, les dirigeants ont dû déménager et demander refuge dans un autre établissement scolaire public dénommé Michel Lazarre. Après y avoir passé un laps de temps, l'école a été hébergée au local de Dumarsais Estimé, une autre école nationale de la ville avant de retourner encore une fois au Michel Lazarre. Au fil des jours, loin de s'améliorer, les conditions d'hébergement et d'apprentissage se sont aggravées pour les 442 élèves (231 filles et 211 garçons pour 6 classes) et les 6 professeurs de Charles Lassègue qui, aujourd'hui, est logée dans les locaux de l'école Sémiramis Télémaque, une autre école nationale. Comme preuve de la dégradation: de 13 professeurs payés par l'Etat haïtien, le corps professoral est passé aujourd'hui à six. Sept professeurs retraités depuis quelques années ne sont pas remplacés.Tout esprit sensé aurait du mal à imaginer la situation indescriptible régnant dans les locaux de l'Ecole Sémiramis Télémaque où fonctionnent au total huit (8) écoles, 2 dans la matinée et six (6) dans l'après-midi. Cette réalité n'est pas bonne pour l'apprentissage et témoigne de la carence de l'offre scolaire dans la métropole du Sud. Cela a des effets négatifs sur les performances de l'école, selon la directrice, Micheline Nogaus Joujoute, arrivée à la tête de l'établissement en 2009. La même année, elle a établi des contacts avec les responsables du Fonds d'assistance économique et sociale (FAES). Engagé depuis des années dans la construction et le réaménagement d'établissements scolaires publics à travers le pays, le FAES a répondu positivement à la demande de la directrice Micheline Nogaus joujoute. Maintenant, il fallait trouver un terrain pour la reconstruction de l'école.
Le ministère de l'Education a proposé des terrains qui ne répondaient pas aux normes de construction exigées en pareil cas. Comme le temps passait, Mme Joujoute est allée au charbon en essayant de contacter des gens capables de faire aboutir son projet. Sa démarche l'a conduite à M. Gabriel Fortuné, délégué, qui s'est démené avec les autres autorités de la ville pour mettre un carreau de terre à la disposition de l'école dans la localité de Bourdet, première section communale de la ville des Cayes. Le financement de la reconstruction de l'école nationale Charles Lassègue par le FAES rentre dans le cadre du programme d'Appui a la restructuration du secteur de l'éducation (ARSE). C'est un programme conçu après le passage des quatre cyclones qui, en été 2008, ont causé des dégâts énormes aux infrastructures du pays. Le tremblement de terre du 12 janvier, qui a endommagé 4 268 écoles et centres de formation à travers le pays, a encore aggravé la situation déjà précaire de l'Education en Haïti, a souligné le directeur régional du FAES, Franck Joassaint. Pour la construction de l'école nationale Charles Lassègue, le FAES compte financer des infrastructures comprenant deux salles de 42 mètres carrés pour le préscolaire ; neuf salles de 50 mètres carrés pour les fondamentales ; un bloc administratif avec une direction, une salle des professeurs, une bibliothèque, des toilettes, etc. Elle sera dotée également d'une salle informatique équipée, de mobiliers, d'un réfectoire avec dépôt et cuisine, d'une résidence pour gardiens, de toilettes, d'eau potable. Une cour de jeu et un terrain seront aménagés. Les travaux d'exécution de ce projet coûteront approximativement 40 millions de gourdes. Le directeur de l'Inspection scolaire du Sud, M. Raynold Joseph, qui a pris la parole au cours de cette cérémonie déroulée sur la cour de la Direction départementale agricole du Sud, a fait valoir que la cérémonie de pose de la première pierre de l'école nationale Charles Lassègue s'inscrit dans le prolongement du processus de la gratuité de l'accès scolaire pour des centaines de milliers d'enfants à travers le pays par le président Martelly. Prenant la parole à son tour, le président de la République a invité la population du Sud à la patience. Car dans les jours qui viennent, beaucoup de projets seront réalisés en leur faveur. L'un des principaux projets qui lui tiennent à coeur pour le Sud est la construction d'une université. Ce projet fait partie d'un programme de construction de 4 universités dans quatre régions du pays d'une valeur de 25 millions de dollars chacune. Selon le président Martelly, le Sud est prioritaire dans ce projet et son université sera la première à être construite. La création d'emplois et la production nationale ont été également au menu des priorités du gouvernement de Martelly pour le Sud. On parle de cherté de la vie à cause de l'insuffisance des emplois et de la production. A ce sujet, dans son élan pour promouvoir la production agricole locale, le numéro un haïtien a promis aux agriculteurs de l'engrais gratuit pendant un certain temps. Aux élèves de l'école nationale Charles Lassègue présents à la cérémonie, le président a demandé de s'adonner assidûment à leurs études car c'est la seule façon de former des hommes et des femmes responsables pour assurer la relève et développer le pays. Après son discours, une foule immense a suivi le président sur le site choisi pour l'érection du bâtiment de l'école. Des élèves de l'école conduits par leurs professeurs, ont chanté pour exprimer leur joie face à un tel événement A rappeler que, au cours de cette même cérémonie, le président Michel Martelly a procédé à la pose de la première pierre de l'hôpital du Centre d'urgence de traumatologie de l'OFATMA des Cayes.
Cyprien L. Gary
Source: Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 5 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 6 mois ago