l’ami de tous !

Publié
7 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
293 views
Time to
read
3’

Les résultats apportés par la coopération Sud-Sud ont toujours été vantés. Haïti a fait avec le président René Préval, l’effort de se placer à la fois entre le Nord et le Sud. Michel Martelly, même avec les nouvelles orientations de sa diplomatie, veut conserver voir renforcer cet acquis. Se rapprocher des pays de sa région tout en fructifiant ses rapports avec les grands amis de l’occident, voila le défi de l’Haïti d’aujourd’hui. Depuis son installation, le président Michel Martelly a fait plusieurs voyages dans les pays de l’Amérique latine. Il a déjà visité entre autres pays le Chili, la république dominicaine, le Venezuela, Cuba et Trinidad. Deux voyages programmés en Argentine ont jusqu’ici été avortés pour des raisons différentes. A l’issue de chacun de ces voyages des promesses concrètes ont été faites au président Martelly qui de concert avec son chancelier Laurent Lamothe trouve toujours de bonnes nouvelles à annoncer au salon diplomatique de l’aéroport. Haïti : présente à tous les rendez-vous de la région Haïti sous l’administration Martelly se rapproche de plusieurs structures regroupant des pays caribéens ou sud-américains. Au premier sommet des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté des États d’Amérique Latine et des Caraïbes (CELAC), les 2 et 3 décembre dernier, le président haïtien était présent. Accompagné d’une importante délégation qui a fait le déplacement au Venezuela, pays hôte du sommet, Michel Martelly en a profité pour avoir des entretiens avec ses homologues colombien, chilien, mexicain, équatorien et brésilien. L’objectif du Celac est de resserrer les liens entre les 33 pays de l’Amérique latine et de la Caraïbe. Au sommet Caricom-Cuba tenue à Trinidad et Tobago le 9 décembre dernier, le président Martelly et le chancelier Laurent Lamothe ont plaidé en faveur de l’intégration effective d’Haïti au sein de la Caricom. Les deux hommes ont rappelé que leur pays est membre à part entière de la communauté caribéenne, ce qui lui donne droit à tous les privilèges, exonérations et franchise liés à ce statut. Laurent Lamothe dit avoir demandé que l’on n’exige plus un visa aux ressortissants haïtiens voulant voyager dans un autre pays caribéen. C’est le seul pays de la région astreint à une telle exigence. Haïti veut avoir désormais une représentation diplomatique auprès de la Caricom et envisage d’installer une ambassade à Trinidad. Autre structure dont Haïti se rapproche c’est l’association des Etats caraïbéens (AEC), là aussi les autorités haïtiennes comptent envoyer une représentation diplomatique. Le prochain sommet de l’AEC prévu pour l’été 2012 devrait se tenir en Haïti. Une coopération axée sur les résultats Avant de partir pour le sommet du Celac, le président Michel Martelly a pris le temps de souligner que « la coopération vénézuélienne est la meilleure pour Haïti ». Dans la galerie de ceux qui apportent leur aide à Haïti, le pays de Hugo Chavez remporte le premier prix, selon Michel Martelly. L’aide vénézuélienne concerne surtout le secteur pétrolier notamment le fond petro caribe octroyé sous forme de prêt au pays le plus pauvre de l’hémisphère. Un nombre important d’étudiants haïtiens est aussi présent à Caracas et dans d’autres villes de Venezuela. Cuba aussi est l’un des pays de la région dont l’aide est importante pour Haïti. Sous l’administration Préval cette coopération priorisait surtout le domaine de la santé. Mais aujourd’hui, le pays de Fidel Castro que le président haïtien Michel Martelly a visité récemment, veut s’engager dans neuf domaines en Haïti. Cuba promet d’aider à la reconstruction d’Haïti en respectant les priorités fixées par les autorités haïtiennes. Il interviendra notamment dans les secteurs de l’éducation, de l’environnement, de l’énergie, du tourisme et de l’agriculture. Le président Martelly et le chancelier Laurent Lamothe ont fait ces annonces à leur retour au pays, le 9 décembre dernier, après leur participation au sommet Caricom-Cuba, tenu à Trinidad et Tobago. Cuba doit signer très prochainement avec Haïti un accord d’entretien mécanique. Des techniciens cubains prendront à leur charge l’entretien mécanique des parcs automobiles du Centre national d’équipement (CNE)), du Service métropolitain de collecte des résidus solides (SMCRS) et des bus de transports scolaires « Dignité ». Parallèlement, de nouveaux investisseurs trinidadiens sont attendus très prochainement en Haïti. De trois, le nombre d’entreprises trinidadiennes présentes en Haïti devrait bientôt passer à 15. Tandis que la République dominicaine s’active à inaugurer en janvier prochain le premier grand campus universitaire du département du Nord d’Haïti. Ainsi en saisissant les nombreux profits de la coopération Sud-Sud, Haïti doit aujourd’hui conserver ses rapports avec les pays du Nord. Un voyage du chef de l’état haïtien prévu en France à partir du 11 décembre dernier a certes été annulé à la dernière minute, mais Haïti ne peut se passer d’un si grand partenaire. C’est d’ailleurs du pays de Nicolas Sarkozy qu’Haïti doit espérer près de la moitié du coût global de la restauration de son plus grand centre hospitalier. La rénovation du siège de la présidence faisait aussi partie des promesses faites à Haïti par le président français qui l’a visité en février 2010. De l’importance du géant américain ? Pas grand chose à dire. On le sait déjà, pour Haïti, les Etats-Unis restent sans conteste un partenaire incontournable.
Eddy Laguerre [email protected]
Source: Le Matin

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 6 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 6 mois ago