Victime de son succès populaire !

Publié
8 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
280 views
Time to
read
2’

Alors que la foire devait débuter à 1h p.m. le vendredi 18 novembre, dès 8h a.m. ils étaient déjà plusieurs dizaines de visiteurs à se masser à l'entrée du Parc Historique de la Canne à Sucre où allait avoir lieu ce grand événement qui visait à mettre en valeur les productions, la saveur et la cuisine régionale du pays. Avant midi, les responsables ont dû se défoncer pour gérer une foule immense qui ne cessait de grossir. Quelque 2 000 personnes à l'intérieur et plus de 3 000 à l'extérieur, ce qui pose, selon les responsables, un problème de sécurité. Premier constat : les enfants sont très nombreux dans le parc qui est également un musée. On vient apparemment avec ses enfants, avec ceux des amis et des voisins. La raison est simple : l'accès est libre pour les enfants qui ne paieront pas non plus pour déguster les sept plats montrés dans un spot de sensibilisation pour consommer les productions nationales, diffusé sur des chaînes de télévision de la capitale. Un spot que les enfants connaissent par coeur et qu'ils chantent également en choeur lors de sa diffusion. Il est 1h p.m. Les organisateurs commencent à accueillir dans le parc les visiteurs dont beaucoup d'entre eux ont fait preuve d'une grande patience. Une fois entrés, une autre ligne se forme pour avoir accès gratuitement à la nourriture. Le goût, on n'en discute pas. Encore moins quand l'on court après les spécialités de sa région d'origine. « J'attendais depuis longtemps ce grand jour. On me fait trop attendre pour déguster le tonm-tonm », lance une fille dans la vingtaine, native de Pestel dans la Grand'Anse. « Je suis ici par curiosité. Mes camarades de classe me parlent toujours de plusieurs plats nationaux que je ne connais pas. Je vais essayer de goûter un peu de tout », enchaîne une adolescente, souriante, dans la longue file.
En effet, si la principale motivation de beaucoup de jeunes et d'adultes était de déguster où d'apprendre à apprécier certaines saveurs et cuisine régionale du pays, comme le veulent les organisateurs de la foire, il n'en était pas question pour les enfants. Beaucoup d'entre eux ont voulu tout simplement voir Harry Nicolas, plus connu sous le nom de « Mè Fèy vèt », principal organisateur de cette foire gastronomique. La popularité des spots du groupe « Kore Pwodiksyon lokal » a fait de Mèt Fèt Vèt une star. Quelques minutes plus tard, Harry Nicolas, en tenue africaine, fait son apparition dans le parc. A peine descendu de voiture, un groupe d'enfants accourent vers lui. « Lendi sa nou vle ? », leur demande Harry Nicolas en référence au spot de sensibilisation très connu. Après avoir joué durant quelques minutes avec les enfants, l'organisateur va s'occuper du bon déroulement de l'activité qui n'aura pas été organisée durant les deux autres jours. Vu la grande popularité de l'activité qui a inquiété les responsables du parc, ces derniers - qui ont des entreprises commerciales à l'entrée du site- conjointement avec les organisateurs de la foire, ont décidé conjointement de reporter l'activité." L'organisation n'a pas pu répondre à l'affluence du public", a indiqué Didier Hyppolite, un des responsables du parc, qui contribuait aussi à la réalisation de cet événement. En fait, ils étaient nombreux ceux qui se préparaient à faire le déplacement samedi 19 et dimanche 20 novembre. La décision de reporter la foire a en effet choqué plus d'un, visiteurs et exposants. Ces derniers, pour la plupart, viennent des régions de province et se sont sacrifiés pour transporter leurs produits à Port-au-Prince. Pour le moment, les organisateurs sont retournés à leurs cahiers afin de repenser l'organisation de cette foire gastronomique, forts des leçons tirées de la première journée. « L'activité n'est pas annulée, mais reportée », a précisé Harry Nicolas, qui confie être déjà en pourparlers avec les responsables d'autres sites pour l'organisation en février de la foire « Manman Doudou » financée par l'ONG Menonnite Central Committee et qui finance également toutes les activités de « Kore Pwodiksyon lokal».
Valery Daudier
Source: Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 7 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 7 mois ago