Joseph Lambert, un général sans troupes, selon son collègue Levaillant Louis-Jeune

Publié
8 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
254 views
Time to
read
1’

L’ancien président de la Chambre des Députés, Levaillant Louis-Jeune, a interpellé lundi le Sénateur Joseph Lambert sur sa légitimité en tant que chef de la majorité au Grand Corps, au lendemain de l’interpellation avortée de deux membres du gouvernement Martelly/Conille accusés d’implication dans l’affaire Bélizaire.
Un tantinet ironique, le représentant de la circonscription de Desdunes (Artibonite, nord) a publiquement demandé au troisième Sénateur du sud-est s’il continuait de se considérer comme un général resté aux commandes de ses troupes.
M. Louis-Jeune qualifie de démagogique la séance ratée de samedi au cours de laquelle la Chambre haute a repoussé au 15 novembre l’interpellation du ministre de la justice, Josué Pierre-Louis, et du secrétaire d’Etat aux affaires étrangères, Michel Brunache, pour leur responsabilité présumée dans l’arrestation arbitraire du Député Arnel Bélizaire, le 27 octobre à l’aéroport international de Port-au-Prince. Le parlementaire estime que l’intention de la majorité des Sénateurs était bien « d’enterrer le Parlement » et de « renforcer le pouvoir du Président Michel Martelly.
Rejetant la démarche dite de solidarité de ses pairs, Levaillant Louis-Jeune, un élu de INITE qui appartient au bloc GPR, souligne que la Chambre basse n’a jamais sollicité l’aide du Sénat lorsqu’a éclaté l’affaire Bélizaire. Les Députés sauront apporter les correctifs nécessaires face aux dérives constatées, conclut très amer le Député partisan de l’introduction d’une procédure de mise en accusation du chef de l’Etat, dès la rentrée parlementaire en janvier prochain.
D’autres Députés tels Jean Tholbert Alexis (GPR/Croix-des-Bouquets), Guy Gérard Georges (INITE/GPR/Chantal/Torbeck), Danton Léger (Ansanm Nou Fò/Léogâne) et Alméthys St-Fleur Junior (Alternative/Cité Soleil) ont également condamné les atermoiements et revirements spectaculaires des Sénateurs susceptibles d’écorner davantage l’image déjà peu reluisante de l’institution parlementaire.
La Chambre des Députés, qui n’est pas en session, avait voté une résolution dans laquelle elle ne reconnaissait plus l’autorité des ministres de l’intérieur, Thierry Mayard Paul, de la justice, Josué Pierre-Louis, du secrétaire d’Etat aux affaires étrangères, Michel Brunache et du chef a.i du parquet de Port-au-Prince, Félix Léger. spp/Radio Kiskeya

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 9 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 9 mois ago