Le Président de la république a mis une sourdine à ses motivations militaristes

Publié
8 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
259 views
Time to
read
2’

Le Président Michel Martelly a renouvelé lundi après-midi le soutien de son régime à la Police Nationale et exhorté les policiers à ne pas prêter foi aux rumeurs faisant état d’un rétablissement rapide de l’armée qui, dit-il, fera l’objet d’un agenda de travail à dévoiler le 18 novembre.
« Je veux que tout le monde sache que la seule force aujourd’hui responsable de la sécurité en Haïti est la PNH », a déclaré, lors d’une visite à la direction générale de la police, le chef de l’Etat en mettant en garde contre la tendance de certains à provoquer du « désordre » à travers une fuite en avant sur la question de la reconstitution de l’institution militaire dissoute depuis 17 ans.
« N’accordez aucune importance aux rumeurs », a-t-il poursuivi avant de révéler que les anciennes troupes des Forces Armées d’Haïti (FAd’H) ne seraient pas remobilisées au moment où la force de défense nationale sera mise en place.
La Présidence avait dénoncé la veille des « individus malintentionnés » qui auraient mis en circulation sur le net un « faux arrêté annonçant la remobilisation de la composante militaire de la force publique ».
Le bras toujours en écharpe après l’opération subie la semaine dernière aux Etats-Unis, Martelly, entouré du Premier ministre Garry Conille, du directeur général de la PNH, Mario Andrésol et du Sénateur Youri Latortue, a donné l’impression de changer complèterment de scénario après s’être fait, pendant longtemps, le grand promoteur d’un retour en force de l’armée désormais ramené à sa proportion de promesse électorale.
Ceux qui s’entraînent actuellement devraient penser à intégrer de préférence la Police Nationale qui pourra être en mesure de faire passer ses campagnes de recrutement de 800 aspirants policiers actuellement par promotion à plusieurs milliers, au cours des deux prochaines années, a promis le Président.
Très laudatif, il a répété à plusieurs reprises que la police avait le soutien de l’Exécutif et du Législatif qui entendent travailler à son renforcement et à une meilleure prise en charge des policiers ou de leur famille en cas de décès. D’où un bilan positif de l’action de l’institution qui, relate-t-il, n’a pas été à l’origine de grandes dérives en seize ans d’existence malgré les conditions de travail extrêmement difficiles des agents de l’ordre.
« En dépit de sa jeunesse, le leadership de l’institution a toujours été exercé dans le cadre de sa fonction de police, même si certains dirigeants politiques ont essayé, certaines fois, de l’induire en erreur », observe Michel Martelly.
Ancien officier de l’armée et membre de la Police Nationale, le Sénateur Youri Latortue précise que la commission justice et sécurité du Grand Corps qu’il préside avait suggéré au chef de l’Etat l’idée de cette visite de soutien aux forces de l’ordre. Selon le parlementaire, un allié du pouvoir presqu’arrivé en fin de mandat, l’un des objectifs de ce déplacement était pour les autorités d’envoyer un message clair à tous ceux qui s’entraînent déjà en s’imaginant pouvoir intégrer la future armée en dehors des normes institutionnelles. Il n’en sera pas question, car, il s’agira d’une force nouvelle différente des FAd’H, a prévenu Latortue.
Sujet polémique au sein de la classe politique et de la société civile, le projet de Michel Martelly de réhabiliter l’armée ne jouit pas du soutien des Etats-Unis et de la France, deux des principaux partenaires d’Haïti, qui souhaitent de préférence concentrer leurs efforts sur le renforcement institutionnel de la PNH.
Un document de travail que la Présidence avait remis à des diplomates accrédités à Port-au-Prince prévoyait un budget initial de 95 millions de dollars pour la mise en place d’une armée de 3.500 hommes dont les premiers 500 soldats devaient être recrutés d’ici le 18 novembre.
Cette date ramène le jour mémorable de la bataille de Vertières ayant ouvert la voie à la création du premier Etat nègre du monde, en 1804. spp/Radio Kiskeya

Tags: 

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 9 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 9 mois ago