Martelly maintient le cap sur le rétablissement de l’armée

Publié
8 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
337 views
Time to
read
1’

Le projet de réhabilitation de l’armée tient toujours et l’arrêté rétablissant officiellement l’institution militaire sera publié le 18 novembre, jour de la bataille de Vertières, a annoncé vendredi le porte-parole de la Présidence, Lucien Jura.
Dans une interview à Radio Kiskeya, il a toutefois souligné qu’il s’agira d’un acte purement symbolique avant le début de l’opérationnalisation de la nouvelle armée qui nécessitera du temps et la mobilisation de ressources appropriées.
Faisant part de discussions déjà engagées sur la question par le Président Michel Martelly avec des institutions comme le Parlement et des représentants de la communauté internationale, Lucien Jura a fait savoir que les consultations se poursuivront.
Divers parlementaires et représentants de la société civile ont exprimé de vives préoccupations face à la volonté du chef de l’Etat d’imposer unilatéralement le retour des Forces Armées d’Haïti (FAd’H) dissoutes en 1994 par le Président d’alors, Jean-Bertrand Aristide, après avoir fait régner la terreur et l’arbitraire pendant des années.
Au plan financier, le porte-parole de la Présidence a tenté de faire taire les critiques sur l’incapacité actuelle du pays à générer le budget de l’armée en affirmant, sans donner de précisions, que l’Exécutif saura atteindre cet objectif comme il l’avait fait pour favoriser la scolarisation gratuite de nombreux enfants.
D’autre part, M. Jura dément catégoriquement les déclarations de parlementaires relayant des rumeurs persistantes selon lesquelles les armes appartenant aux unités spécialisées de la Police Nationale pourraient leur être enlevées afin d’être mises au service de futurs militaires. Aucun projet de cette nature n’est en vue et la nouvelle armée, dans sa mission de défense nationale, contribuera, au contraire, au renforcement de la PNH, a insisté le porte-parole.
Dans le même registre, il souligne que l’Exécutif n’a pour l’instant autorisé aucun groupe à participer à des séances d’entraînement nulle part sur le territoire national.
Des propos qui tranchent avec les allégations des Sénateurs Moïse Jean-Charles et Jean-Baptiste Bien-Aimé qui soutiennent que dans le cadre de la constitution, à l’initiative de Michel Martelly, d’une force paramilitaire baptisée « Milice Rose », une vaste campagne de recrutement et de formation serait en cours dans plusieurs régions. spp/Radio Kiskeya

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 9 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 9 mois ago