Présentation formelle de la résolution adoptée par la chambre basse

Publié
8 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
374 views
Time to
read
2’

La Chambre des Députés a formalisé lundi la résolution adoptée la semaine dernière demandant le départ des décideurs politiques et judiciaires coupables dans l’arrestation d’Arnel Bélizaire, une réaffirmation de la position ferme de l’assemblée au moment où plusieurs élus, dont des alliés naturels du Président Michel Martelly, se montrent de plus en plus intraitables.
Le bureau de la Chambre basse présidée par Sorel Jacinthe a, en effet, rendu public, avec les noms de tous les Députés qui y ont souscrit, le texte de la résolution demandant la démission sans condition des ministres de la justice, Josué Pierre-Louis, de l’intérieur, Thierry Mayard Paul, du secrétaire d’Etat aux affaires étrangères, Michel Brunache et du chef a.i du parquet de Port-au-Prince, Félix Léger.
Sur la liste, on retrouve notamment l’ex-chanteur Gracia Delva et Abel Descolline, deux des parlementaires qui, jusqu’ici, faisaient partie d’un large bloc pro-Martelly, le groupe 58.
Le Député Patrick Robasson a catégoriquement écarté l’idée que la résolution approuvée vendredi dernier à l’issue d’une séance informelle fasse l’objet d’une quelconque négociation. Il invite les autorités incriminées à se retirer au plus vite en vue de rendre la tâche plus aisée au chef de l’Etat.
Quant à ce dernier, en voyage jusqu’à dimanche prochain aux Etats-Unis, le représentant de la circonscription d’Anse-à-Pitre (sud-est) dit attendre de lui une rupture avec ses dérives à travers un message de réconciliation qu’il devra adresser à tous les secteurs de la vie nationale, dès son arrivée à l’aéroport de Port-au-Prince.
Elu en compagnie de Martelly sous la bannière de l’organisation politique Repons Peyizan, le Député de la troisième circonscription de la capitale, M’Zumaya Bellange Jean-Baptiste partage le même point de vue. Tous les acquis démocratiques seront foulés aux pieds, si le Parlement n’assume pas ses responsabilités face aux agissements du Président de la république, prévient le parlementaire.
Un autre élu de Repons Peyizan, Jean Fénel Tanis de la circonscription de Cayes/Ile-à-Vache (sud), affirme que le Parlement a agi en légitime défense parce que l’arrestation arbitraire du Député Arnel Bélizaire était tout simplement inacceptable. Il croit que l’Exécutif et le Législatif auraient intérêt à s’engager dans la voie du dialogue pour éviter une grave crise politique au pays.
Seule note discordante parmi les Députés, la décision d’Arcluche Louis-Jeune de ne pas signer la résolution de vendredi dernier. Le représentant de Dame-Marie (Grand’Anse, sud-ouest) et membre de la plateforme Alternative, qui dit appuyer l’initiative de ses collègues, exige le retrait du gouvernement Martelly/Conille des ministres désignés par certains Sénateurs. Qualifiant ces parlementaires de « dealers politiques » indignes de sa confiance, Louis-Jeune estime qu’ils doivent sacrifier leurs intérêts personnels s’ils souhaitent véritablement aider la Chambre basse dans la lutte engagée en faveur de l’Etat de droit et du respect des institutions démocratiques.
Visiblement en difficulté depuis l’escalade provoquée par l’arrestation et la brève incarcération de Bélizaire, l’un de ses farouches opposants au Parlement, le chef de l’Etat risque de faire face à une situation politique extrêmement corsée à son retour de son séjour médical en Floride. spp/Radio Kiskeya

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 9 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 9 mois ago