La Toussaint: Déjà, des adeptes se préparent à la fête

Publié
8 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
358 views
Time to
read
1’

« Tui, tui, tui, m pwal ka Lamèsi, way manman. Ka Lamèsi g’on kochon griye, way manman. Ka Lamèsi g’on kochon grate, way manman…», ainsi fredonne Jocelyne d’une voix nasillarde, comme si elle était possédée par un esprit surnaturel. Jocelyne est une adepte du vaudou. En préparation à la fête des morts, elle procédait à l’achat des articles magico-religieux, installés aux abords des trottoirs à la rue Panaméricaine (Pétion-Ville). Interrogée par curiosité professionnelle, au volant de sa voiture, elle nous a fait quelques confidences. « Je suis née et élevée dans le vaudou. Donc, je suis vaudouisante de naissance. Ma mère originaire de l’Artibonite, fut une Mambo. J’ai été intégrée dès mon plus jeune âge. Les loas "Gede" m’avaient réclamés au berceau. Je vis depuis de nombreuses années en France, mais je rentre régulièrement en Haïti chaque année pour fêter et respecter mon engagement », a-t-elle confié à Haïti Press Network. Un événement, deux motivations contrairesÀ l’occasion de La Toussaint, les 1er et 2 novembre, sacré moment, le syncrétisme religieux est toujours au rendez-vous annuel. Les fidèles catholiques et les vaudouisants célèbrent les saints et les morts à leur manière. Dans l’univers culturel haïtien, les saints et les loas sont invoqués en cette occasion, tant par la prière que par d’autres formes d’incantations. Les cimetières, véritable endroit de toutes les pratiques magico-religieuses haïtiennes, constituent les principaux lieux d’attraction des fêtards. Les fidèles catholiques, de leur côté, vénèrent en cette occasion leurs saints et méditent à la mémoire d’un membre de leur famille décédé. Cette année encore, comme tous les ans, ces espaces seront indubitablement, le théâtre de rituels exécutés en l’honneur des divinités associées à la mort. La fête des "Gede", commémorée particulièrement le 2 novembre, caractérise la religion vaudou en Haïti. Dans la mythologie vaudouesque haïtienne, les "Gede" représentent les esprits de la mort. Il faut dire aussi que cette célébration traditionnelle donne lieu à des moments d’exaltation en pleine rue où des adeptes en transe chantent à tout bout de champs, lancent des obscénités et se livrent à des gesticulations corporelles et des postures érotiques frôlant même l’indécence. Selon des ethnologues haïtiens, le "Gede" symbolisé par les couleurs traditionnelles noir, mauve, blanc et violet, représente l’un des dieux hérités de la période précolombienne de notre histoire de peuple. La semaine prochaine, dans les cimetières autant que dans les Péristyles, Baron Samedi, Baron Cimetière, Baron Lacroix, Baron Criminel et Grann Brigite, seront appelés à ouvrir le passage afin que les vaudouisants puissent entrer en communion mystique et solennelle avec la mort. Alix Laroche [email protected]
Source: HPN

Tags: 

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 9 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 9 mois ago