Journée noire pour le pouvoir législatif marquée par des scènes d’humiliation ahurissantes

Publié
8 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
378 views
Time to
read
3’

Le Député Arnel Bélizaire, arrêté jeudi après-midi à l’aéroport international Toussaint Louverture, a passé sa première nuit au greffe du Pénitencier National, la prison civile de Port-au-Prince, sans la levée de son immunité, une situation à l’origine d’une grave crise entre le régime du Président Michel Martelly et le Parlement qui a ouvertement évoqué les risques d’un retour à la dictature et devait tenir vendredi une séance à l’extraordinaire.
Plusieurs élus, parmi eux l’ancien président de la Chambre des Députés, Levaillant Louis-Jeune, ont menacé d’engager, dès la rentrée parlementaire en janvier prochain, une procédure de destitution contre le chef de l’Etat qui effectue un séjour d’une dizaine de jours aux Etats-Unis au cours duquel il doit notamment se faire opérer à l’épaule.
« Nous sommes en présence d’une dictature. La constitution et la loi n’existent plus, les trois pouvoirs n’existent plus, il n’y a qu’un chef suprême c’est le Président Martelly », a rageusement dénoncé le président de la Chambre basse, Sorel Jacinthe, qui a lancé un appel à la mobilisation citoyenne en vue de la sauvegarde des acquis démocratiques de 1986 aujourd’hui en péril.
Craignant un retour au statu quo ante, M. Jacinthe croit que l’ex-dictateur Jean-Claude Duvalier est le modèle politique de l’actuel dirigeant haïtien qui, estime-t-il, affiche le plus grand mépris pour la liberté de la presse et le pouvoir législatif.
En conflit ouvert avec le chef de l’Etat et poursuivi par le parquet de la capitale pour s’être évadé de prison en 2005, le Député de la circonscription de Delmas/Tabarre (banlieues est-nord de Port-au-Prince) a été appréhendé, en présence du président du Sénat, Rodolphe Joazile, sur le tarmac même de l’aéroport peu après son retour d’une mission parlementaire en France à bord d’un vol d’Air Caraïbes.
Il a été dépossédé de son passeport et de sa valise diplomatiques qui ont été remis à M. Joazile.
Le Sénateur Dieuseul Simon Deras a indiqué qu’au moment de l’arrestation aucun mandat n’a été présenté à M. Bélizaire qui avait seulement en sa possession une circulaire du commissaire du gouvernement a.i de Port-au-Prince, Me Félix Léger, ordonnant au chef de la police judiciaire, Godson Aurélus, de rechercher et capturer une dizaine d’évadés de prison dont le parlementaire.
Indignés et courroucés, des membres de la 49e législature solidaires de leur collègue ont exprimé leur ras-le-bol en criant « A bas Martelly » devant le Pénitencier National où le Premier ministre Garry Conille, visiblement embarrassé, et le directeur général de la Police Nationale ont rendu visite jeudi soir à Arnel Bélizaire afin de s’assurer du respect de ses droits fondamentaux.
Après avoir tenu une réunion d’urgence au Parlement, une vingtaine de Députés toutes tendances confondues, ayant à leur tête leur président, Sorel Jacinthe, n’ont pas été autorisés à rencontrer leur collègue placé en garde à vue.
Auparavant, ils s’étaient vus interdire l’accès au salon diplomatique de l’aéroport au moment où des dizaines de manifestants pro-Lavalas arborant des photos de l’ex-Président Jean-Bertrand Aristide et d’Arnel Bélizaire lançaient des slogans hostiles à Michel Martelly. De hautes autorités venues superviser le déroulement de l’opération auraient brutalisé plusieurs employés dans l’enceinte même de l’aéroport Toussaint Louverture.
Les ministres de l’intérieur et de la défense nationale, Thierry Mayard Paul, de la justice et de la sécurité publique, Josué Pierre-Louis, et le secrétaire d’Etat aux affaires étrangères, Michel Brunache, ont été indexés et leur renvoi envisagé.
Présent devant la prison civile lorsque le fourgon transportant le prévenu franchissait la barrière principale, le Sénateur Rodolphe Joazile a décidé de convoquer le grand corps à l’extraordinaire devant l’extrême gravité de la situation. Il a déploré le fait qu’une entente trouvée avec le ministre de la justice, Me Josué Pierre-Louis, pour faciliter la comparution au parquet du Député sans un séjour en prison, n’ait pas été respectée.
Interrogé depuis le Pénitencier National, Arnel Bélizaire, ancien militaire et militant du secteur Lavalas, a dénoncé les prémices d’une dictature et déclaré attendre la « réponse » du Parlement.
Le premier Sénateur de l’Artibonite (nord), François Anick Joseph, en voyage au Sri-Lanka, a fait savoir jeudi soir sur les ondes de Radio Kiskeya que le pays faisait face à un régime autoritaire en gestation et condamné la détention de son collègue. L’ancien prêtre catholique a sévèrement critiqué la « lâcheté » de ceux qui, jusque là, se sont tus devant les dérives en cascade du Président Martelly.
L’ancien chanteur de Compas Direct surnommé « Sweet Micky », dont le gouvernement vient tout juste de prendre ses fonctions cinq mois après son arrivée au pouvoir, est confronté à une situation politique extrêmement délicate dans laquelle il joue gros et pourrait s’aliéner des soutiens importants au Parlement. spp/Radio Kiskeya

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 9 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 9 mois ago