Indignation et colère après l'arrestation "inconstitutionnelle et illégale" du député Arnel Belizaire

Publié
8 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
324 views
Time to
read
3’

Les parlemenaires (deputes et senateurs) sont en colère après l'arrestation "illegale et inconstitutionnelle du député Arnel Belizaire, jeudi à l'Aéroport international de Port-au-Prince alors qu'il rentrait de Paris où il etait en mission.Le député a été intercepté au pied de l'avion sur ordre du commissaire du gouvernement Felix Léger qui l'accuse de detention illégale d'arme, d'évasion de prison, alors qu'il a été jugé et blanchi et libéré par la justice depuis 2005.Les parlementaires ont promis de donner à ceux  qui sont impliqués dans cette grave violation de la constitution une réponse proportionnele à leur forfait, alors que le premier ministre, apparemment très affecté a rendu visite au deputé et demandé aux agents dele traiter avec avec beucoup d'egards, leur rappelant qu'ils ont affaire à un député du peuple.Le president de la chambre basse, Sorel jacinthe qui a été avec un groupe 'autrds colègues interdit d'accès  à l'Aeroport oùl ils devaient accueillir le deputé Bélizaire, a fait savoir que la constitution et la loi n'existent plus. " Nous avons affaire à un chef suprême qui plonge droit dans la dictature et qui a aujourd'hui dans le pays de qui s'inspirer", a lancé furieux M. Jacinthe, peu avant de rendre visite au députe Belizaire." Nous allons voir Arnel pour lui dire qu'on est, pour la democratie, pour la separation ds pouvoirs, pour le respect de la constitution, a encore indiqué le prtedident de la chambre basse, prévenant qu'on ne sortira pas de 1957 et de 1986 pour y replonger.Le député et ancien president de la chambre Levaillant Louis jeune a fait savoir que le pays a vecu jeudi le jour 1 de la dictature. Il a promis pour  la rentrée parlementaire de janvier 2012, une proposition de mise en accusation du président de la Republique.Et comme la chambre est en vacance, M. Louis Jeune a demandé au Sénat de commencer à prendre des mesures pour les premières interpellations.Une séance spéciale est prévue ce vendredi à la chambre basse pour définir les nouvelles stratégies, alors que les sénateurs sont convoqués pour 11 heures.Le sénateur Simon Dieuseul Desras promet une séance tempête, à l'issue de laquelle des décisons devraient êre prises pour faire tomber des têtes. Il a fait savoir que c'est toute l'institution parlementaire qui est attaquée et giflée, à travers le dérapage de l'executif, alors qu'il n'y a pas, selon lui, matière à arrestation.Le sénateur Kély Bastien s'est déclaré inquiet d'une dégringolade en ce qui a trait au rôle des différents pouvoirs. Il a dit  voir à travers l'action du nouveau gouvernement, une forte tendance à mettre le parlement en coupe réglée.Selon le sénateur Bastien, chacun des individus  impliqués dans ce dossier devra assumer des responsabilites proportionnelles à l'acte commis.Il a souligné, citant l'argumentation de jusrises, que le commissaire du gouvernement n'a pas pu agir seul dans ce dossierLe sénateur Youri Latortue qui est également un juriste a fait savoir qu'en raison des graves impairs commis, le commissaire du gouvernement n'est pas digne de rester où il est.Felix Léger n'a pas suivi les procédures dictées par la constitution. Il a préferé verser dans la derive, en demandant l'arrestation du deputé, alors qu'il n'y a pas de flagrant delit.C'est la chambre des députés qui doit d'abord intervenir sur le dossier. Et même quand il y aurait flagrant délit, si la police procèdait à l'arrestation du député, c'est devant les deputés qu'elle devrait le conduire.Plusieurs autres parlementaires ont dénoncé ceux qu'ils appellent "des idéologues en quête de faveurs qui ont préparé l'arrestation du député Bélizaire" en questionnant jusqu'à son immunité, à travers des écrits".
Le député Arnel Bélizaire qui  intervenait sur Radio Scoop Fm, a fait savoir que tout le monde se rend compte aujourd'hui qu'on est face à une dictatureLe deputé qui apparaissait détendu,  a indiqué qu'il se devait de rentrer au pays pour donner ds explicarations à la population et à ses électeurs et aussi, parce que le dossier doit trouver un dénouement après plus d'une semaine de palabres et de désinformation de toutes sortes. Il a indiqué avoir refusé les conseils de certaines personnalités qui lui demanaient de rester quelque temps à l'etranger. "Je ne suis pas en contravention avec la loi"Il a fait savoir que le premier ministre a été surpris par le fait que les agents de l'APENA éprouvaient des difficultés à preparer un dossier pour le placer dans une cellule, vu que les chefs d'accusation pour lesquels il a été jugé, blanchi et liberé, sont les mêmes qui sont brandis par le commissaire Felix Léger pour le jeter de nouveau en prison.Jusqu'à fort tard dans la soirée, le député attendait  au greffe du penitencier national.Le chef du gouvernement aurait ete pris de court.Selon des sources dignes de foi, au départ, il aurait été question que les députés qui devaient recevoir Arnel Belizaire, le conduise au Parquet pour repondre à certaines questions avant de l'accompagner à la chambre, tel que le veut la loi, mais un contre-ordre transmis par on ne sait qui, a decidé que le deputé devait être conduit droit au Pénitencier national. Des rumeurs ont circulé toute la nuit. L'une d'entre elles voulait que le president de la République actuellement en voyage santé aux Etas-Unis aurait été furieux de la façon dont ses hommes ont conduit le dossier. Des responsables parlementaires auraient eté contactés avec la promesse de libération du député Bélizaire et la mise à pied du chef du Parquet, proposition qui aurait ete refusée.
AHP

Tags: 

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 9 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 9 mois ago