Affaire Bélizaire: Situation tendue dans certains quartiers sensibles de la capitale

Publié
8 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
394 views
Time to
read
1’

Le Député Arnel Bélizaire, visé par un ordre d’arrestation, était attendu incessamment jeudi après-midi à Port-au-Prince où la police a annoncé qu’elle était prête à « exécuter sans état d’âme » toute décision judiciaire prise à l’encontre d’évadés de prison, un dossier devenu vite une affaire d’Etat dans laquelle la Présidence et le Parlement semblaient déterminés à s’affronter au prix de risques incalculables.
Un dispositif de sécurité exceptionnel était déployé autour de l’aéroport international Toussaint Louverture et dans les quartiers populaires de Delmas (est de la capitale), circonscription du parlementaire également représentant de la banlieue de Tabarre (nord).
Une fourgonnette destinée au transport de détenus était remarquée sur place.
Des agents de la police administrative, mais aussi d’unités spécialisées comme la Compagnie d’intervention et de maintien d’ordre (CIMO), la Brigade d’intervention motorisée (BIM) lourdement armés patrouillaient notamment à Delmas 2 et Sans-Fil en compagnie des casques bleus.
Ancien membre des Forces Armées d’Haïti et employé pendant plusieurs années de l’institution parlementaire, M. Bélizaire, 41 ans, arrêté pour détention illégale d’armes automatiques le 14 octobre 2004, s’était évadé de prison le 19 février 2005 avant d’être repris, jugé, condamné à 18 mois d’emprisonnement, puis libéré en 2006.
Evitant de citer le nom du parlementaire lors d’une conférence de presse, le porte-parole adjoint de la Police Nationale, Gary Desrosier, a affirmé que l’institution devait, conformément aux exigences du commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Me Félix Léger, arrêter une dizaine d’individus recherchés dont les noms figurent sur une première liste remise à la police judiciaire.
Cette décision du parquet jugée précipitée par le président du Sénat, Rodolphe Joazile, et plusieurs juristes dont l’ex-bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, Me Gervais Charles, a été prise alors qu’une demande de levée de l’immunité parlementaire d’Arnel Bélizaire a été soumise au bureau de la Chambre basse.
Le Député d’Anse-à-Pitre (sud-est), Patrick Robasson, qui a qualifié le Président Michel Martelly d’apprenti-dictateur, a annoncé que lui et plusieurs de ses collègues se rendraient à l’aéroport en vue d’accueillir Bélizaire qui devait arriver vers 16h50 (heure locale, 21h50 GMT).
En mission depuis plusieurs jours en France, l’élu de l’organisation pro-Lavalas Veye Yo, a eu récemment maille à partir avec le chef de l’Etat qui, dans la foulée, avait annoncé une offensive contre les « repris de justice et évadés de prison » qui se seraient réfugiés au Parlement. spp/Radio Kiskeya

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 9 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 9 mois ago