Le Président Michel Martelly a mis en garde contre tout échec de l’équipe

Publié
7 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
366 views
Time to
read
3’

Le Président Michel Martelly a donné l’investiture mardi après-midi sous le signe du changement et de la refondation au gouvernement du nouveau Premier ministre, Garry Conille, le premier cabinet d’une administration arrivée au pouvoir, il y a cinq mois, et appelée à relever les grands défis de la reconstruction un an et demi après le séisme dévastateur de janvier 2010.
« La nation en a assez d’attendre et n’acceptera pas d’être une nouvelle fois déçue », a averti le chef de l’Etat en s’adressant à l’équipe gouvernementale qu’il a exhortée à se mettre à la hauteur de ses responsabilités et des attentes de la population, lors d’une cérémonie tenue sous une tente au Palais National en ruine et marquée par la nomination tardive de Jude Hervé Day au poste de ministre de la planification et de la coopération externe.
Maintenu dans le flou pendant plusieurs jours, ce poste stratégique devait revenir en principe au Premier ministre.
S’exprimant en présence notamment des membres du cabinet ministériel sortant, du président du Sénat, Rodolphe Joazile, et des membres du corps diplomatique, le Président Martelly a fait la promotion, à l’instar de son coéquipier Garry Conille, du « bien-vivre ensemble ». Il a souhaité que ce concept de cohésion sociale aboutisse à un « mieux-vivre national » en insistant sur la nécessité pour les nouveaux dirigeants de trouver le « supplément d’âme » qu’il faut en vue de « travailler au bien-être de la collectivité ».
Le successeur de René Préval a, une fois de plus, mis en relief les cinq priorités de son mandat qui détermineront les grandes orientations de l’Etat en fonction de ses promesses électorales basées sur l’éducation encore inaccessible à de nombreux jeunes haïtiens, l’environnement en pleine dégradation, l’Etat de droit indispensable à l’amélioration du climat des affaires, la création d’emplois qui va de pair avec la reconstruction et l’énergie, au cœur du développement.
Elogieux envers l’ancienne administration dont il a salué le sérieux durant la période de liquidation des affaires courantes, l’ancien chanteur de Compas « Sweet Micky » affirme qu’une nouvelle page s’ouvre pour le pays au terme d’un processus de transition « long, laborieux, instructif et exaltant » conduit avec succès en dépit de nombreux « obstacles et trébuchements ».
Le dirigeant haïtien s’est présenté comme le « héros et champion » d’une nouvelle approche de la gestion publique voulue, dit-il, par le peuple.
Pour sa part, le Premier ministre Garry Conille a indiqué qu’il prenait la tête d’un gouvernement qui va s’engager dans une « grande entreprise de refondation » sous le leadership de Michel Martelly à qui il a, maintes fois, réitéré sa loyauté.
« Je prends aujourd’hui les rênes d’un gouvernement du renouveau et de la renaissance haïtienne » déterminé à mettre en œuvre une politique capable de répondre aux problèmes multiformes et multidimensionnels de la population, a martelé le fonctionnaire onusien qui a promis que « le soleil va se lever » après avoir qualifié son prédécesseur, Jean-Max Bellerive, de « grand serviteur de l’Etat ».
Parlant d’une « culture du changement » et d’une croisade patriotique auxquelles doivent se joindre les membres du cabinet ministériel et les fonctionnaires publics avec comme boussoles le mérite et la légalité, le médecin de 45 ans dit miser sur « l’unité et la cohésion gouvernementale ». Attendue aussi la « collaboration intelligente » des secteurs vitaux de la nation dont les partis politiques, la société civile et l’université pour relever les grands défis de la reconstruction.
A ce propos, Conille renouvelle la volonté des autorités haïtiennes de renforcer la coopération bilatérale et multilatérale avec les partenaires internationaux alors qu’il est dépossédé d’un instrument essentiel, le portefeuille de la coopération externe.
Intervenant également à la cérémonie d’investiture, le chef du gouvernement sortant, Jean-Max Bellerive, a remercié tous ceux qui lui ont permis de se mettre au service des haïtiens, en particulier l’ex-Président René Préval sous l’administration duquel il a été ministre de la planification et Premier ministre.
« C’était un honneur pour moi de servir la république et je lui en suis reconnaissant », a lancé M. Bellerive qui a aussi vivement félicité le Président Martelly pour son « sens aigu de l’Etat » qui l’a guidé dans la gestion des cinq mois de la cohabitation au moment, explique-t-il, où un tel choix pouvait difficilement se justifier aux yeux des partisans de la « rupture ».
Il a enfin salué le travail d’équipe de ses collaborateurs et la solidarité des partenaires d’Haïti du nord et du sud pour l’assistance apportée au pays au lendemain du violent tremblement de terre du 12 janvier.
Troisième choix du chef de l’Exécutif après les échecs successifs de Daniel Rouzier et Bernard Gousse, le Dr Garry Conille -dont le Parlement avait approuvé, la semaine dernière en Chambre séparée, l’énoncé de politique générale- forme désormais avec Michel Martelly un couple au sommet de l’Etat qui pourrait, à terme, faire face à de sérieux risques de divorce, de l’avis de plusieurs acteurs politiques. spp/Radio Kiskeya

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 4 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 5 mois ago