Garry Conille : 17 pour, 3 contre, 9 abstentions

Publié
8 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
378 views
Time to
read
1’

Le Sénat a approuvé mardi soir par 17 voix pour, 3 contre et 9 abstentions la candidature à la Primature du Dr Garry Conille qui, grâce essentiellement au soutien du groupe majoritaire des seize, est désormais Premier ministre ratifié et autorisé à former son gouvernement avant de faire l’exposé de sa déclaration de politique générale devant les deux Chambres.
Lors de la première étape du processus de ratification, l’ancien fonctionnaire des Nations Unies, âgé de 45 ans, avait fait le plein de voix à la Chambre des Députés avec un vote unanime.
Dans les recommandations de son rapport favorables à la désignation de Conille, la commission spéciale ayant examiné les pièces de l’intéressé avait, à la suite d’un diagnostic mitigé, estimé que l’heure était venue de "donner une chance au pays".
Le vote de l’assemblée -qui affichait complet, 30 Sénateurs- a été précédé d’un débat contradictoire d’une grande intensité, par moment houleux, autour de l’article 157 de la constitution et de deux points controversés du dossier de candidature, la résidence de Garry Conille, représentant résident du PNUD au Niger mis en disponibilité, et la carte d’identification nationale dont il n’est toujours pas détenteur.
Très animée, la séance de ratification était en revanche pauvre sur le plan des idées. Les rares interventions au contenu idéologique prononcé ont été celles des Sénateurs Andrys Riché et François Anick Joseph (Alternative) et Jean William Jeanty sur les risques de renforcement de la commission intérimaire pour la reconstruction d’Haïti et de la mainmise de la communauté internationale sur l’avenir de la nation.
Ancien chef de cabinet de l’ex-Président américain Bill Clinton, co-président de la CIRH, M. Conille était le troisième candidat à la succession du Premier ministre sortant, Jean-Max Bellerive, sur lequel avait porté son choix le Président Michel Martelly confronté à un vide gouvernemental depuis sa prise de pouvoir, il y a presque cinq mois.
Deux autres aspirants, l’homme d’affaires Daniel Rouzier et le juriste Bernard Gousse, avaient échoué respectivement à la Chambre basse et au Sénat.
Fils d’un ancien ministre de Duvalier, le Dr Serge Conille, Garry Conille, un médecin formé en Haïti et aux Etats-Unis, était jusqu’à sa désignation méconnu du grand public. spp/Radio Kiskeya

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 7 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 7 mois ago