le Paraguay avance

Publié
8 années ago
Dernière mise à jour
2 années ago
436 views
Time to
read
2’

Cette deuxième demi-finale de la Copa America n'a certainement pas été un exemple du football léché et flamboyant. Elle a surtout confirmer que pour arriver à ce stade les deux protagonistes n'ont pas misé seulement sur leurs qualités créatives. La deuxième mi-temps fut de loin la plus médiocre de ce tournoi. On pouvait quand même s'y attendre. Entre le Paraguay qui peine à montrer ses nombreuses vertus qui lui ont permis de tenir tête à l'Espagne au mondial et une formation vénézuelienne qui malgré une bonne organisation a trop tarder pour prendre les choses en main, le match ne s'est jamais emballé. En final, un spectacle presque pitoyable indigne d'un telle compétition. On blâmera pas le public argentin qui s'est désintéressé de ce tournoi. L'élimination de l'Argentine n'y est pas la seule raison.
Une qualité de jeu médiocreLe plus marrant dans tout ça c'est que ce n'était même pas la faute des gardiens. Attentifs et volontaires ils n'ont cependant pas fait grand chose dans cette triste bataille. Une fois seulement Villar, le capitaine paraguayen a éloigné le danger. Suite à une tête de Moreno, repoussée par la barre, le portier des Guarani a dû se déployer sur le coup pour dévier la frappe de Rondon (42e). Pour le reste, c'était souvent le mérite des défenseurs ou des montants. Une légère domination paraguayenne semblait se dégager en début de match avec l'occasion de Veron de la tête (8e) puis les tirs de Valdes (11e, 25e) et Barretto (14e). C'était brusque et éphémère. La rencontre s 'équilibrait petit à petit au fil des minutes, le temps aux deux équipes de rentrer dans le rang et être tétanisés par l'enjeu.Pour continuer d'y croire au sacre, il serait préférable que le Paraguay offre autre chose que ce qu'il a montré dans le second acte. La seule consolation pour eux c'est que l'adversaire a été au moins aussi médiocre. Aucune occasion notable durant le second acte obligeait les deux équipes à prolonger leur séance de somnolence durant les prolongations. C'est là que le Venezuela s'est enfin réveillé en réussissant à produire un jeu beaucoup plus pétillant. Par deux fois les hommes de César Farias ont vu les montants sur la trajectoire du ballon. D'abord sur un tir de Maldonado dévié par Miku sur le poteau droit de Villar (94e) puis sur un coup franc presque parfait d'Arango, puissant et bien enveloppé qui finissait sur la transversale. A ce moment là de la partie, la « Vinotinto » a clairement pris les choses en main, et l'expulsion de défenseur guarani, Santana, n'a fait qu'amplifier le constat.Le Paraguay en finale avec zéro victoireEn supériorité numérique, le Vénézuela a dominé de bout en bout les prolongations sans parvenir à marquer. Incapables d'aligner deux passes, le Paraguay de son côté aurait pu voir Rondon (108e, 102e), Cichero (110e) ou Aragon (118e) briser définitivement ses espoirs. C'est finalement aux tirs aux buts que le sort allait se décider. Et comme face au Brésil, le Paraguay n'a du son salut que grâce à cette séance. Cette fois-ci le portier guarani, Justo Villar y sera pour quelque chose. C'est bien lui qui stoppait le tir de Lucena, le seul manqué par l'adversaire. Le défenseur Dario Veron avait le privilège d'envoyer son pays en finale de la Copa America, une coupe qu'elle n'a plus remporté depuis 1979. Mais tout le monde est unanime, dimanche face à l'Uruguay faudrait montrer un tout autre visage pour ne pas revenir les mains vides à Asuncion. Quant à Venezuela, c'est du loin la compétition internationale la plus aboutie de cette nation, si la sortie est amère, les coéquipiers d'Arango n'ont pas à rougir de leur honorable prestation.

Tags: 

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 11 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 11 mois ago