Le résumé de la 1ère journée

Publié
8 années ago
Dernière mise à jour
2 années ago
356 views
Time to
read
2’

Avec la dream team argentine ( Messi, Tevez, Aguero and co ), le Brésil et ses jeunes pépites ( Neymar, Ganso, Lucas ), L’Uruguay 4e du dernier mondial et son attaque de feu ( Cavani, Forlan, Suarez ) on pouvait légitimement espérer une Copa America en mode joga bonito. Pour le moment il n’en est rien. L’ Argentine s’est montrée très poussive, voire inquiétante face à des boliviens qui n’ont toujours pas gagné un match cette année ( score final 1-1). Le Brésil quant à lui, à offert une prestation  légèrement moins laborieuse face au Venezuela ( 0-0 ) mais n’a pas su concrétiser ses occasions face à une équipe valeureuse et bien en place. Par conséquent, pour enfin assister à du beau jeu, on comptait un peu sur la «  Celeste «  et il faut avouer que ce fut le cas. Et encore, ce n’était pas du football champagne. Malgré de l’envie et des séquences intéressantes, c’est le Pérou, qui contre le cours du jeu a ouvert le score par Guerrero. Parfaitement lancé par Guevara, dit le révolutionnaire, l’attaquant d’ Hambourg ne s’est pas fait prier pour pousser le ballon au fond des filets. La réussite péruvienne n’a semble t-il pas déboussolé les «  Charruas « qui ont continué à proposer du jeu et se sont procurés plusieurs occasions, notamment par Pereira et Forlan. Juste avant la mi-temps alors que la paire Guerrero-Guevara  vient de louper le break, c’est l’inévitable Suarez, idéalement lancé par Lodeiro qui égalise. A noter que le dernier cité, mérite sans contestations la distinction d’homme du match. En seconde période, nonobstant plusieurs opportunités, aucun but ne sera inscrit. Les deux équipes peuvent en tout cas nourrir des regrets et se trouvent dans l’obligation de gagner leur prochain match, pour éviter de se retrouver dans une situation délicate.
Et pourquoi pas le Chili ?


Surprise du mondial sud-africain, les hommes du nouvel entraineur Claudio Borghi pourraient bien jouer les troubles fêtes dans cette Copa America argentine. Après un début de rencontre tonitruant et une leçon de jeu en mouvement, qui plus est vers l’avant, c’est le Mexique ( bis ) qui a ouvert le score par Araujo sur un corner de Giovani Dos Santos. A l’instar des péruviens, les aztèques ont marqué sur leur seule et unique occasion. De quoi agacer, trois minutes avant le repos. En seconde période le Chili a continué de jouer, comme souvent  avec «  Mati «  Fernandez à la baguette. L’ancien joueur de Villaréal et actuel meneur de jeu du Sporting semble se bonifier avec le temps. Autant il avait tendance à trop porter le ballon et abuser d’une technique indéniable par le passé, autant maintenant, il sait jouer simple, vite et créer les décalages. On le retrouve d’ailleurs à l’origine de l’égalisation chilienne à la 67e minute de jeu. Son corner botté dans la boite engendre un cafouillage dans la surface, et c’est Paredes, à peine entré en jeu, qui pousse le ballon au fond des filets. Ce match est décidemment une question de coups de pied arrêtés, et six minutes plus tard, c’est l’excellent Vidal, superbement servi par Matias Fernandez ( encore lui ) qui donnera l’avantage aux siens. Plus rien ne sera marqué par la suite, et le Chili l’emporte donc logiquement. Certes le Mexique était privé de huit joueurs (pleins d’empathie avec nos chers Govou et Ribery… ) mais les joueurs de Borghi se posent en réels outsiders pour la suite de la compétition. Surtout si les «  Grands «  ne se réveillent pas.
Florent Oiseau

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 11 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 11 mois ago