Selon Youri Latortue, Gaillot Dorsinville serait en fuite

Publié
8 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
389 views
Time to
read
1’

Le président du Conseil électoral provisoire, Gaillot Dorsinvil, sur la sellette depuis un certain temps suite à des scandales en cascade ayant éclaboussé le processus électoral, aurait fui le pays jeudi pour se réfugier en République Dominicaine, a révélé vendredi le Sénateur Youri Latortue.
“Aidé de quelques grandes personnalités politiques, il aurait franchi la frontière avec la République Dominicaine”, a indiqué avoir appris de sources dignes de foi le parlementaire qui préside la commission d’enquête sénatoriale chargée de faire la lumière sur les allégations de fraude et de corruption concernant les résultas définitifs des élections.
Refusant d’identifier ceux qui auraient facilité le présumé voyage clandestin du patron de l’institution électorale, M. Latortue a estimé que sa décision de partir serait “très grave” si elle devait se confirmer.
En dépit d’une requête adressée au parquet de Port-au-Prince, pour la troisième fois consécutive, Gaillot Dorsinvil a boudé vendredi l’invitation de la commission spéciale d’enquête qui cherche en vain à l’interroger sur un ensemble d’accusations portées contre le CEP.
Trois autres conseillers électoraux, Leonel Raphaël, le secrétaire général, Jacques Belzin et Anténor Guerrier, ont pour leur part invoqué des raisons de santé pour justifier leur absence aux séances d’audition de la commission.
Annonçant la présentation des conclusions du rapport d’enquête à l’ouverture de la deuxième session ordinaire de la 49e législature, le deuxième lundi de juin, le Sénateur Youri Latortue informe que dans l’intervalle des invitations ont été lancées à Edmond Mulet et Colin Granderson, respectivement ancien chef de la Mission de stabilisation de l’ONU (MINUSTAH) et de la mission d’observation électorale conjointe OEA/CARICOM (MOEC).
En raison de leur niveau d’implication dans l’organisation des présidentielles et législatives de 2010 et 2011, ces deux personnalités étrangères -qui ont déjà laissé Haïti- sont appelées à témoigner sur le déroulement du processus électoral.
Marquées par un interventionnisme sans précédent de la communauté internationale et un déficit de crédibilité de bout en bout, ces compétitions électorales ont vu Michel Martelly accéder à la Présidence et 19 sièges au Sénat et à la Chambre basse faire l’objet de contestations et tractations interminables restées non résolues jusqu’à aujourd’hui. spp/Radio Kiskeya

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 8 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 9 mois ago