Adieu Préval, bonjour Martelly

Publié
8 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
385 views
Time to
read
1’

C'est dans une atmosphère de fête et d'attentes fébriles que le pays se prépare à vivre les cérémonies de passation de pouvoir qui débutent à 8 heures a.m ce samedi 14 mai au boulevard Harry Truman, devant le Palais législatif effondré, avant de se poursuivre au Palais national, puis dans le plus grand hôtel de la capitale, le Karibe Convention Center, pour un déjeuner. Dans la soirée des bals privés et des réjouissances populaires devront clôturer les fêtes de l'investiture du 56e président de la République. Dans quelques heures, Haïti aura donc à sa tête un nouveau premier mandataire, Michel Joseph Martelly. Le chanteur populaire va s'installer dans le fauteuil de celui qui ne s'est jamais soucié de sa popularité, René Préval. Tout un changement. Si l'effervescence perceptible dans les rues de la capitale s'était déjà vue avec une plus grande ampleur lors de l'investiture de Jean Bertrand Aristide en 1991, il y a de cela 20 ans, il est indéniable que personne ensuite n'avait bénéficié d'un tel accueil et que la population a soif d'un autre leadership et de nouveauté à la tête de l'Etat. La conduite des affaires publiques avait désespéré trop de monde ces derniers mois pour que l'adieu au Président René Préval soit autre chose que cet ouf de soulagement perceptible un peu partout, dans toutes les classes sociales et même dans les rangs du pouvoir sortant. Somme toute, la passation de pouvoir se fait sans trop de casse pour les partants et il est visible que Martelly aura encore besoin des ressources politiques de Préval et de ses alliés pour faire marcher le pays pendant quelques temps. Cette paix chaude ou cette entente cordiale qu'imposent les circonstances trouve son point de départ dans le fait que Martelly n'a pas de base au parlement et que ceux qui ne sont pas Inite sont trop peu nombreux pour le moment pour constituer une vraie possibilité d'alternative. Personne ne doute cependant que tout se met en place pour un affrontement pour le contrôle réel du pouvoir, car Martelly n'a pas la réputation d'un suiveur, son comportement dans le passé de dominateur sur la scène musicale le prouve. Combien de temps va-t-il se laisser emberlificoter par les manoeuvres parlementaires, politiciennes ? Ne pensons pas pour le moment aux nuages, réjouissons-nous de ce passage de flambeau dans la paix et la tranquillité. Au terme de vos deux mandats, adieu Monsieur Préval, bienvenue Monsieur le président Martelly.Frantz Duval [email protected]

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 7 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 7 mois ago